Le Role Play


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

  Les cuisines du fief

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Les cuisines du fief   Sam 25 Oct - 11:17

--Gustave. a écrit:
Car comme en toute demeure il faut manger, en ce lieu, œuvre la cuisinier, enfin, vous la découvrirez

Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Sam 25 Oct - 15:51

Morganecheep a écrit:
Arrivée dans la cuisine, où se chèr Gustave est souvent présent, elle lui demande :

Bonjour Gustave,

comment allez vous en cette matinée, est-ce que vous pouvez me faire un petit déjeuner?

elle s'assit à table en attendant ça réponse, et admire tout ce qu'il aura à manger pendant le festin.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Sam 25 Oct - 17:42

Marme_Mitonne a écrit:




Prénom : Marme
Nom : Mytonne
Profession principale : Cuisinière
Profession secondaire: Rhabiller à ma convenance, toutes personnes que je croise.

Quoiqu'il en soit, ces derniers jours, c'est au fief d'un certain Toto d'Angely, seigneur de machin chose dont j'étais au service. Comment en étais je arrivée la, se quémanderont certains. Enfin...... surtout les cuisiniers des autres précieux en tout genre, en fait.
Et bien ma foi, qu'ils me le demandent ! Nan méééééé oh ! j'vais pas raconter ma vie à tous hein ?! Quant à tout ceux qui se pointeraient en ce jour, mieux valait qu'ils ne soient pas trop curieux, puisque c'est moi la cuisinière en chef qui œuvrais pour ce jour, parait il grand - bien que personnellement, je les voyais sacrément raccourcir les jours en ce moment.. Nan, vraiment rien de grand.. - et que donc, si ils ne voulaient pas finir par manger les pissenlits par la racine, il était largement plus raisonnable de leur part, de ne pas venir me déranger. Ni moi, ni tout l'arsenal de serveurs, servantes qui butinaient telles les abeilles dans une ruche.
J'étais, donc, vraiment ravie d’être aux cuisines, loin de tous ces nobliaux qui afficheraient un sourire sur leur faciès par pure obligation. Au moins dans MES cuisines, j'avais la paix !

Justement, cela s'agite aux cuisines. La cheminée ronfle drue, le four à pain dégage un doux fumet, le four à bestiaux ne................. dégage rien, ce n'est précisément pas normal ! Je fais un vif mouvement circulaire de la tête suivit d' un raclement de gorge et de taper vivement dans mes mains, exaspérée, suivit de ma douce voix qui hurle :


-FERNANDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!
- le cygne !!! Il prends la poudre d'escampette !! Tu penses pas qu'il serait temps de le faire griller ?!!!


Pas le temps de vérifier si elle obéit; même si je n'en doutais pas le moins du monde, que...

- Marie ! Fais attention a c'que tu fais au lieu de ricaner !! Le bouillon vire ! Y va être trop cuit ! Et ensuite, quelle sauce servira t on ? Il est déjà trop tard pour en refaire un !

- Louis! Louis !
et de lever les yeux au ciel en demandant : Mais qui m'as fichue un tel empoté ! Les homards, tu les fais bouillir AVANT de les découper !

-Octave ! la broche !!! Tu la tournes ! Le porcelet va être cuit que d'un coté ! Et arroses le !! Ca va être sec ! Mazette! quelle équipe, mais quelle équipe !

-Violette, les pains aux noix sont cuits ? Oui ? ah, bien... Fais cuire ceux au son a présent. C'est fait ? Oh, très bien ! eh bien, ma foi, l'on peux songer peut être a faire les choux du dessert, non ?



Tout juste radoucie que je vis......

- Eugénie ? On peux savoir ce que tu fais à quatre pattes sur le sol ? Demandai je en tapant mon pied sur le sol, en cadence de mon irritation et sans quitter des yeux la fautive.

- Je.... Ils..... Je.....C'est.......
me balbutia t'elle timidement le visage aussi rouge que les coquelicots.

- C'est quoi ?!!! questionnai je de plus en plus au bord de l’apoplexie quand la petite voix d'Eugénie me répondit.

- Les Z 'escargots... Ils..... sont sauvés... je... les rattrape......

Et de m’écrouler le cul sur la chaise qui se trouvait juste a portée, abasourdie que j'étais, devant tant de savoir faire de cette équipe d’emplâtre. Mazette...... une belle et longue, très très longue journée commençait. Pour le coup j'avais changé d'avis, et j étais complétement d'accord avec les " on dit que ". Oui, cette journée promettait d'être la plus longue de ma vie de cuisinière......

Je relève la tête vers le joyeux bordel ambiant, convaincue d'avoir touché le fond quand soudain la porte des cuisines s'ouvrit. Ma tête qui se tourna vers elle, était persuadée de voir se pointer soit le Gustave, soit l'Adnette. Raté ! Et sous mes yeux hébétés, voila que la donzelle, parce que oui, a n'en point juger autrement c'est une donzelle, s'installe comme si de rien à la table déjà bien accaparée !

Nom !
D'un !
Chien !


Me hurle ma caboche , en même temps que je me campe sur mes deux guiboles d'une rapidité inconnue jusqu'alors. Ah ca nan alors, c'est trop fort ! c'est parce qu'elle est la fillote du De machin chose qu'elle se permet tout ca !?! Je m'approche, pose mes deux mains sur mes hanches, la regarde de guingois et lui rétorque virulente :


- C'est la première fois qu'on m'traite de Gustave !
- Gustave ?
- Gustave ?
- Est ce que j'ai une gueule de Gustave ?! Puisque c'est comme ca, z'allez et'es reçue !


Je m'en retourne , cadence hachée et précipitée pour mieux revenir vers elle et lui refiler d'un coup sec dans les cotes; son jambon.

- Bon appétit !
- L'Adnette m'a dit qu'ca vient d'vous , c'est qu'vous z 'avez peur d' pas avoir à ripailler hein ?! bin voila, z'avez d'quoi grailler un moment !!
- Et maint'nant, DEHORS !
lui ordonnai je en pointant du doigt la porte
- Ici, c'est MA cuisine ! Z' y rester ? z'y travailler ! Nan mééé oh !


Et de taper nerveusement sur le sol avec mon pied; sans la quitter des yeux en marmonnant intérieurement :
Gustave !! Gustave !!! j 't en ficherai d'une tronche de Gustave que j'ai !

Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Sam 25 Oct - 19:27

Morganecheep a écrit:
En attendant sa demande envers Gustave, une dame marmonne dans sa bouche ne comprenant rien à ce qu'elle dit. La laissant dans ces préparations de repas Gustave repart sans un mot l'aire pas content non plus.

La dame se présente face à elle mains à ces hanches et une autre par terre qui nettoie peut être:


Citation :
- C'est la première fois qu'on m'traite de Gustave !
- Gustave ?
- Gustave ?
- Est ce que j'ai une gueule de Gustave ?! Puisque c'est comme ca, z'allez et'es reçue !

Oh je parlais à Gustave l'homme qui vient de partir, et à voir votre réaction au "Gustave" vous pouvez très bien vous appeler comme cela, mais c'est mieux envers un homme. et comment allez vous me recevoir, vous montrez votre mécontentement juste parce que vous avez supposé que je vous ai appelé "Gustave". je vous f'rais dire que certaine viande d'ici son produit par mes cochons et près découper par moi ! Si vous êtes embaucher par mon cousin c'est à dire le "MARI" je vous plain.

Maintenant m'dame je m'en excuse et si vous voulez encore marmonner dans votre bouche continuer mais moi je demande de quoi déjeuner !

Pendant que la cuisinière fait ce quelle a à faire,  se retourne et ramène un jambon au quelle elle se le prend dans les cotes l'os du jambon.

faillit tombé par terre, la regarde méchamment posant sa main sur la douleur.

Citation :

- Bon appétit !
- L'Adnette m'a dit qu'ca vient d'vous , c'est qu'vous z 'avez peur d' pas avoir à ripailler hein ?! bin voila, z'avez d'quoi grailler un moment !!
- Et maint'nant, DEHORS ! lui ordonnai je en pointant du doigt la porte
- Ici, c'est MA cuisine ! Z' y rester ? z'y travailler ! Nan mééé oh !

elle hausse le ton montrant son agressivité qui revient.

vous savez quoi "Gustave" ne salissez pas le mariage de mon cousin, je sais utiliser un couteau et même une épée, dont votre maitre pourrait très bien vous le certifier.

s'abaisse douceur montrant des douleurs, prenant le couteau de sa botte, se redresse, et lance le couteau retirant la toque de la cuisinière qui vient se coincer dans une poutre.

Maintenant réfléchissez à deux fois avant de vous en prendre à quelqu'un dont on connaît pas "Gustave".

Elle sort de la cuisine en rage, pour une belle journée
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Sam 25 Oct - 19:49

Marme Mytonne a écrit:


Je n'en n'avais pas douté un instant. Le caniche aboie, sort ses griffes, ses dents, et même des gentils mots alors que c'est ELLE qui était rentré dans MA cuisine et de me sortir du "Gustave"  a tout bout de champs !! Peux m'en chaut  qu'elle soit cousine du seigneur du lieu, elle aurait même pu être la futur Reyne que cela n'aurait rien changé. Quoique........ si. J'aurai fini cramée en place public ou enfermée in vitaé éternam au fond d'une geôle pour en crever.  Mais là n'est pas le propos, de Reyne il n'y avait point, mais juste une poule qui faisait dans le faisandé et qui se planquait sous son rang de cousine et de.... hein ?! se servir de couteaux ?!! d'épée ?!!  Mais elle croit quoi la souris ?! Que je coupe les légumes avec mes dents ?? Moi aussi je sais m'en servir de ces outils !  Et tous les bons employés qui ne levaient pas le moindre pouce !! Ah, pour sur !  j'étais bigrement aidé !
Enfin, pour le coup,  j' avais également tout un attirail  à portée. Bon, ce que en tête j'imaginais le mieux, restait, malgré tout, la poêle qui s’aplatirait sur son crane.
D'une pierre deux coups,  ca la calmerai et lui clouerai son bec puisqu'elle serait roide effondré dans les vaps, au sol ! Et toc ! Une de moins ! ca fait donc une bouche de moins à nourrir ! Bah c'est même d'une pierre trois coups tout ca !

Moui mais..... pour dire juste, le temps que tout cela traverse mes différents neurones, que ceux ci transmettent l'information à mon bras pour attraper mon improbable arme, ma coiffe était elle déjà plantée dans la poutre et la souris vociférait d'autres menaces.

Corne de bouc de nom d'un chien ! Les yeux écarquillés, je la regardais sortir sans vouloir y croire un instant ! C'est qu'en prime, elle y avait cloué les mèches rebelles du haut de mon chignon !
Naaaaaaaan méééééééoooooohhhhhhh  l'est folle dingo ! C'est en hurlant les bras en l'air qu' a mon tour je sortis de la cuisine,  à la recherche du fichu maitre de ces lieux :


- A l'assassin ! Aux vandales,  brigands, saboteurs d'épousailles !!! On veux m'trucider !
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Sam 25 Oct - 22:33

--Adnette a écrit:


<du foie gras, leur faut du foie gras main'nant. Com'si j'en avions dans ma poche du foie gras.. Bon j'vas voir à la cuisine>

En arrivant à la porte elle se fit quasiment bousculer par la cuisinière en chef.
Code:
- A l'assassin ! Aux vandales, brigands, saboteurs d'épousailles !!! On veux m'trucider !



Adnette se plaqua contre la porte pour la laisser passer. Fichtre, on lui avait dit qu'elle avait du caractère, mais elle ne lui avait encore rien demandé. Elle se glissa alors subrepticement vers un jeune maître-queue et, à l'abri de son dos, elle osa :

Dame Marme ? il est possible d'avoir une tranche de foie gras ? Un ami de not'maistre en réclame.



Ysoir a écrit:




Ysoir était un peut perdu dans tout ces longs couloirs, elle avait une petite faim, regardant si elle ne voyait pas personne pour lui indiquée la cuisine s'arrêta net entendant la voix d'une femme qui avait une voix perçante, puis manqua de se retrouvait le cul par terre en se plaquant contre le mur.

Code:
 A l'assassin ! Aux vandales, brigands, saboteurs d'épousailles !!! On veux m'trucider !
Elle poussa la porte de la cuisine encore toute tremblante d'émotion et s'adressa à une jeune Demoiselle qui avait l'air d'attendre quelques choses.

Pardon D'lzelle, je...vous...la voix d'Ysoir tremblait encore sous le choc, heu..oui..voila, auriez un petit morceau de pain je ne veux pas dérangée vous avez beaucoup de travail cela m'ira très bien.

Ysoir attendit sa réponse regardant la magnifique cuisine et tout les plats en préparation, y avait de quoi nourrir tout un régiment de soldats.

Hé bé on va pas mourir de faim aujourd'hui Shocked



--Adnette a écrit:


Toujours cachée derrière le jeune cuisinier abasourdi de servir de bouclier, Adnette vit une jeune damoiselle  venir réclamer du pain. Voulant la préserver des affres de la cuisinière, elle chercha des yeux un quignon, et l'ayant trouvé elle le lui tendit discrètement lui murmurant :

Tenez c'pour vous, sauvez vous vite. Fait pas bon s'trouver ici lieue sans intention d's'mettre aux épluchures.


Dernière édition par Admin le Dim 26 Oct - 10:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Sam 25 Oct - 23:23

--Marme_Mytonne a écrit:


        Et l'on me répondit..........



Je vociférais à mon tour le plus...... délicatement possible, certaine que les maitres de ce fief répondraient d'une seconde à l'autre à mon tendre , doux, et mélodieux...... appel - qui au demeurant n’étaient autre que de foutre dehors la cousine par la peau du cul. Elle mais également... son jambon, va s'en dire. Je m'égosillais donc tant bien que mal, sentais mon gosier m'irriter mais l’ouïe aux aguets , je perdurai en attendant le :

- Mais que se passe t il donc ici ? libérateur.

Je ne fus pas déçue.


En lieu et place de cela, une voix derrière mon dos me demande ... Hein ?!...
- non...
- mais...
- dites moi que je rêve ?! Du foie gras ?! LE foie gras ? Celui prévu servi chaud au miel avec ses truffes ?
La torpeur me gagne. Le silence soudain m'enrubannes, m'embryonnes, me gardes à vue, je me fais muette. Mes bras tendus vers les cieux viennent lentement rejoindre mes flancs. Au ralentit, mon cou se dévisse pour voir qui avait osé interrompre ma plainte afin de quémander les prémisses du repas de noce. Mes narines frémissantes d'inspirer fortement par le nez complétait le tableau de la bombe à retardement. J'avance vers la porte encore ouverte des cuisines , précautionneusement , pas à pas pour traverser le brouillard qui n'a de cesse de vouloir m'entourer. Je n'ai plus d'ouie, plus d'odorat, je me désagrège et suis à présent persuadée que toute la noble assemblée de ce jour, n' est venu ici que dans un seul et unique but : ruiner les épousailles du Seigneur, ruiner son repas de noce, ruiner ma situation, anéantir ma réputation. Comment en aurait il pu en être autrement ? Qui ? Qui ? se permettait d'entrer dans les cuisines , là ou , pour toujours et à jamais, seuls les domestiques, servantes, petites mains en avaient l'autorisation ?!! Plantée sur le seuil, à mi-chemin entre mes futurs réalisations ou la poudre d'escampette, je retrouvais soudain l’ouïe pour ouïr, non plus une voix, mais DES voix.

Mon visage impassible comme l'eau lisse si bien le roc, glisse progressivement vers elles. Mon regard de glace transperce les prunelles d'une autre donzelle aux apparats douteux puis se pose dans les iris hagardes de Cyprien, - premiers queux pour l’occasion -. Raclement de ma gorge et questionnement ironique :

- Le foie gras ? Vraiment ? Sourire torve qui s'en suit, je ne le quitte pas des yeux, puis revient à la donzelle aux apparats douteux :

- Quand vous aurez fini de vous empiffrer avec votre pain, il y aura le nougat, les fruits confits, les mestriers (gaufres) et le boudin à poser sur plats argents.
Un hochement de tête, une reprise de respiration et de nouveau un regard vers Cyprien. C'est à ce moment que je vis une coiffe se planquer derrière lui. Froncement de sourcils, je bascule sur la pointe des pieds pour mirer au dela de son épaule. Interloquée puis de plus en plus irritée j'interroge :

- Adnette ? Mais, Que faites vous donc là, ma fille ?! Z'avez t y rien de mieux à faire que de venir aux cuisines ?!!

J'attendais sa réponse tout en me dirigeant, non pas vers le foie gras que je avais nullement l' intention de servir des à présent, mais vers le pâte de sanglier mitonné dans un jus de cresson. Cependant avant d'en découper une large tranche, je tapais dans mes mains en reluquant de nouveau la dernière arrivée, qui n'avait toujours pas bougé d'un pouce :

- On s'bouge ! J'ai dit : nougats, mestriers, fruits confits et boudin !

Enfin je pus découper une belle tranche de pâté que je déposais sur un tranchoir accompagnée d'une généreuse tranche de pain aux noix.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Dim 26 Oct - 17:45

--Adnette a écrit:



Code:
Le foie gras ? Vraiment ?

La Marme se retourne, son attitude n'est guère rassurante, elle approche tel un loup ayant repéré sa proie, lentement, pas à pas et Adnette déglutit. A l'abri derrière ce dos dont la tête reste interloquée, elle en a saisit les deux bras, et, suivant le déplacement de la Cuisinière en chef, elle tourne avec son bouclier n'offrant à la responsable des lieux que le ventre de son protecteur involontaire. Celui-ci essaye de bafouiller quelques vaines protestations, mais l'instinct de survie de la femme de chambre est plus que convaincant. Le pauvre abandonne et se résout à subir les foudres à sa place. Mais le subterfuge est découvert quand les yeux de la matrone se pose sur son visage déconfit.

Code:
 Adnette ? Mais, Que faites vous donc là, ma fille ?! Z'avez t y rien de mieux à faire que de venir aux cuisines ?!!

A sa grande surprise, le ton est apaisé, presque maternel. La jeune fille lâche enfin les coudes du cuisinier qui, libéré enfin, s'écarte de plusieurs pas, ravis pour une fois de se remettre à sa sauce.

Oh qu'si j'avons à faire ! mais l'maistre a dit d'être au p'tits soins pour ses invités. Alors je p'tit soigne.

La soubrette la regarde préparer une tranche de pâté qui sans doute fera aussi bien l'affaire.

C'pour moi ? enfin pour l'parrain d'la mariée ?

Ce disant, Adnette essaye de convaince Dame Morgane et la p'tite Ysoir de quitter les lieux ...

La cérémonie ne va pas tarder, vous devriez vous y rendre.

Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Dim 26 Oct - 18:51

Marme-Mytonne a écrit:



Je revenais vers Cyprien en hochant la tête aux dires d'Adnette sur le fait qu'elle "petit soignait" les braves gens qui n’avaient eux, de cesse de ne jamais être satisfait de rien, même si ce commentaire, je le gardais pour moi même, quand elle  demanda :

Code:
- C'pour moi ? enfin pour l'parrain d'la mariée ?


Froncement de sourcils devant la question qui forcement m'interpelle.

- C'est lui qui voulait du foie gras ? J'veux dire....... le parrain d'la chatelaine ?

Réponse de ma part dans un sourire en coin en donnant le tranchoir à Adnette :

- Je vois ... Changera jamais c'te famille de Sélènes..... C'est qu'elle a sa réputation savez.. même dans l'fond des cuisines on en cause......... Faut dire que...... Entre un qui fait l'coq sur son rafiot auprès de sa donzelle qui a eu la bonne intelligence de lui faire plusieurs marmots , une qu'il ne faut pas quitter des z yeux si vous voulez pas qu’elle vous pique tous vos biens, une autre qui ne sait que vagabonder , sur que la famille......  Les derniers espoirs reposaient sur la curette, bah figurez vous que même elle , elle a mal tourné, j'ai ouïe dire qu'elle avait r'joint les défroqués de Tastevin, j'vous l'dit, sacré famille que ca. L'a pas peur d'inviter ca vot maitre, j'vous l'dit, tout parrain qui soit, faut s'en méfier des Sélènes....

Hochement de tête pour affirmer mes dires, puis je lui montre la porte d'un coup de tête afin de mettre fin a cette conversation.

- Allez z y donc..

J'attendis qu'elle sorte avant de poursuivre

- Si y pouvait s’étouffer avec, bah ca f'ra pas grande perte. Ca nan alors.....

Et de retourner aux préparatifs, il restait tant à faire.


Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Dim 26 Oct - 21:11

Zigom a écrit:
-
clin d'oeil:
 

Un petit creux, c'est des choses qui arrivent alors Zigom décida de s'en occuper, ça ira plus vite étant donné que le personnel de chambre avait déjà bien à faire.....

Avisant Marme_mytonne....

Ha ! vous êtes certainement la cuisinière en chef ! ça se voit !!!!
Mais bon, j'avais espéré une petite tranche de foie bras avant la cérémonie.... Pas du paté !!!!





Marme-Mytonne a écrit:



Armée de mon pilon, je martèle la coriandre afin que le maitre queux puisse terminer sa sauce.

Avant cela, les petites rissoles de pâtes feuilletés furent faites, il ne restait plus qu'à y glisser en leur intérieur les escargots en sauce persillade que Eugénie avaient finis par rattraper et même faire bouillir ! Un exploit.. Le foie gras frais posé sur la table, était prêt à se faire dorer dans la poêle et la sauce au miel patientait pour accueillir les truffes noires étalées - elles aussi - sur la table en délivrant leur délicieux fumet. Le cresson destiné en salade ornait toujours le panier d'osier, le boudin blanc farcis de morilles était préparé depuis deux jours et patientait pour se voir poser sur un lit de pommes flambés à l'hypocras et parsemé de pain d'épice.


Marie avait prit le relais auprès d'Octave qui lui, avait osé se plaindre d'avoir mal à la main à tourner ainsi la broche où le porcelet dorait gentiment.  De ce fait, je l'avais cantonné aux corvées de peluches sous mon œil attentif, ainsi que ma main et, ma foi, je devais reconnaitre que les potimarrons commençaient à s'aligner sur la grand table.

De son coté Louis en avait finit de faire bouillir les homards et les décortiquait avec parcimonie. Reste qu'il en manquait deux...... forcement à vouloir les décortiquer AVANT de les bouillir, il n'en restait que de la charpie sans parler des  bandages de tissus qui ornaient a présent le bout de ses dix doigts. La farce au fenouil n'attendait plus que les carpes qui elles, frétillaient encore dans le baquet.

Violette préparait le dernier service, ayant pour une fois, une pleine et entière confiance en quelqu'un , je ne la surveillais que par de brève œillade et au vu de la montagne de petits choux qui se formaient, ma confiance en elle, était bien mérité.

Nous avions évité la catastrophe en courant tous autour de la table, voire même en dessous.... pour attraper le cygne qui se faisait la tangente. Par un impromptu placage de mon cru des plus gracieux -  jupon retroussé coiffe sur le nez - mais surtout grâce à Aristote;  il termina égorgé, ébouillanté, plumé, éviscéré et à présent les prémisses de son délicat fumet chatouillait mes narines. Bref, tout était de nouveau sous contrôle et tel un chef d'orchestre, je menais ce petit monde à la baguette.

Des couloirs où autres salles, je n'entendais pratiquement plus aucun son, ce qui me ravissait et me confirma que l'heure des z épousailles devaient avoir sonné. Or donc, personne ne devrait plus venir me déranger dans mes chefs d’œuvre. Alléluia, Amen, Aristote entends parfois ses ouailles ! Les valets de nappe avaient dressés les tables. Tout était véritablement pour le mieux et donc pour l'heure, au milieu du capharnaüm de la table, fait principalement de divers ustensiles, épices et aliments, je martèle à coups secs.


    BoOnggg BoOoOng.BooOonggggggggg

Ça; ce fut le dernier coup porté non plus dans le mortier, mais sur les couteaux qui se trouvaient à coté.

La raison ?
Des mots.
De simple mots.
Mais surtout ma tête qui pivote pour voir QUI les divulguent.


- Ha ! vous êtes certainement la cuisinière en chef ! ça se voit !!!!
Mais bon, j'avais espéré une petite tranche de foie bras avant la cérémonie.... Pas du paté !!!!



Suivit d'une interrogation intérieure :

- D’où qui sort çui la ??!  

Mes prunelles se ferment à demi en même temps que ma bouche se rétracte en cul d'poule, j'écoute et comprends.

- Le paté !
- Par les Saint couillons du Pape ! Le coq De Sélènes !! Mais ? Y veux  t' y s'faire plumer ?!


Pour dire juste l’éclair suivant fut donc de prendre en main un des couteaux à portée et de lui balancer dans la tête afin en effet, de plumer l'oiseau. Mais bon, aussitôt pensé, aussitôt je vis le bucher...... Me fallait la jouer finaude avec celui çi, c'est que..... c'te famille..... Moui, je préférai ne pas m'y frotter de trop près.
Je prends donc à la place du couteau , une profonde inspiration, puis plaque mes paumes de main de chaque coté du mortier, redresse mes épaules, cache mon irritation comme je le peux  et mire ses prunelles, qui ....

Corne de bouc !! les "on dit que " ne mentait pas, sont vachement belles ! Interdite, je baisse un bref instant la tête qui résonne
Ne te  laisse pas déstabiliser..... Reprends toi ma fille, reprends toi....Oublies pas qui il est ! C'est un De Sélènes ! DE SELENES Avant de la redresser;  puis de plaquer un sourire ironique au coin des mes lèvres et répondre  de mon ton le plus apathique mais surtout ironique un  long et singulier leitmotiv :


 
- C'est bien l'espoir........ c'est beau....... ça peut même permettre d'rester en vie.. petit hochement de tête verticale en ajoutant.
- La... maint'nant. par exemple.
-  Ch'suis sur qu'y en a qui espère vous voir à leurs z épousailles.
Je pointe un peu plus ma tête en avant en poursuivant
- Et vous.. une fois la bas.
-  z'aurez tout l'temps d’espérer ripailler du foie gras.

- Voyez ?!
-  c'est bien l'espoir parce qu'en plus.... bah..  ca empêche pas d’être prêt à la déception mais !... d’espérer encore. En fait, c'est comme un rêve juste qu'on est... éveillé.
- 'Fin j'dois vous dire qu'en même, y a un moment ou faut oublier les vieux espoirs, et s'en créer d'nouveaux, hein ?!
- Moi;  d'puis c'matin j’espère œuvrer en paix dans ma cuisine et n'y voir que  maitres queux, clercs,  aides,  potagers et sauciers.. Bah, à présent, j’espère juste qu'on me refile la clé de cette fichue porte de cuisine !
J'essuie mes mains moites sur le tablier, c'est que vraiment c' te p'tit quelque chose au fond d'ses prunelles........ mazette ! ca vibrait jusque dans mon ventre ! Sacrebleu de Mordiable! DE SELENES !  Du coup je regarde de nouveau le mortier , reprends le pilon et écrase  la coriandre afin de  poursuivre ma tirade :

- Fin bon, l'foie gras, vous l'aurez.. mais comme tout ceux qu’espère en ripailler, ce s'ras dès vot' retour de la Chapelle. Pour l'heure faudra vous contenter de ce pâté, et si ca vous plait pas, ch'suis certaine que votre rafiot est accosté pas loin, vous grimpez d'sus et allez en chercher DU fois gras !
- Commerçant comme que vous z'etes, j'me fais pas d'soucis, saurez en trouver et même marchander son prix ! du moment que ce soit loin d'ma cuisine, le reste .......
Je stoppe sans lâcher le pilon, relève la tête et quémande:

- A moins qu 'vous vouliez offrir généreusement le vot' de foie ?! Imbibé comme qui doit l'être, y flamb'ras sans peine.

J'évite son regard mais mire à présent son front et m'attends à ce qui se disait de lui au fin fond des cuisines... bref, qu'il fasse le coq.......
Ne pas regarder ses fichues prunelles, surtout pas ! c'est l'Diable en personne c'te bonzhomme la ! me tempêtait ma caboche
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Lun 27 Oct - 16:52

Zigom a écrit:







Heu.....

Quelque chose me dit que vous n'êtes pas favorable à ma requête Dame.....

Bon et bien je note.....
Dommage, nous aurions pu discuter cuisine.... bref....

Et comme vous le faire judicieusement remarquer, je suis attendu avec mon épouse....

Au plaisir !.....
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Lun 27 Oct - 19:14

Marme-Mytonne a écrit:




Et il sortit...
Bouche bée et statufiée, je suis le dos qui se dirige vers la porte pour finir par y disparaitre en me lançant un


- au plaisir !

J'en reste coite et incapable de répondre un petit quelque chose de mordant.

- Bah ça alors ! on l' dit pourtant coq ! L'a rien d'un coq ! Même pas qu'il à rechigné !

Je tourne ma tête à droite, à gauche, interroge du regard les divers employés qui haussent les épaules l'un après l'autre.

- Bah, p 't' ete parce qu' il avait pas les pieds dans l'fumier... En tout cas, l'a de sacré z yeux ! les z yeux du diable , à n'en pas douter ! Ch'suis sur qu'y peux ensorcelé qui qui veux si ce " qui " le r'garde bien en face . Z'avez vu aussi vous z'autres ?

- Oui Madame. Moi j'ai vu,
me répond Eugénie avant de poursuivre dans un long soupir extasié.
- et son sourire.... son visage rêveur et son sourire niais prouvait tout a fait mes dires et quand elle y ajouta
- Qu'est qu'Il est beau quand même....... dans un nouveau soupir de sa part, le panier d'osier tenu bien trop délicatement dans ses mains; je sus qu'il l'avait ensorcelée.

- Reprends toi Eugénie ! C'est l' diable c't homme là ! On m'a dit aussi qu'il trempait dans des affaires des plus louches ! Le Diable j'vous dit ! Et oublies pas ton rang ma fille ! Grognai je en tendant le mortier à Cyprien pour qu'il puisse terminer sa sauce.

- En tout cas, l' est toujours mieux que le châtelain. rétorque t elle la mine boudeuse en étalant le cresson sur sur la table.S'en suivit une envolée de rire étouffés et moqueurs de la part de tout mon petit monde - au féminin, va sans dire-. Je devais intervenir sauf que je n'en eut pas le temps.

- C'est vrai que lui... avec son bras en moins et son nez qui regarde pas au même endroit que ses z yeux. Je me demande ce qu'elle lui trouve la Châtelaine. En tout cas moi, quand il me parle; j'sais jamais quoi regarder, et j'veux pas qu'il me touche, brrrrr Se mit à ajouter Marie en frissonnant de dégout. Et commença alors un joyeux ping pong fait de "on dit que " , de ragots de cuisine, et, qui sait, de vérité.




- Y paraitrait qu'y s'est fait çà, à la guerre. révéla à voix basse Fernande
- Mais nan ! c'est des brigands sur un ch'min, quand y z'ont déménagé avec une n'aut' dame ! interjeta Marie
- Tssss ! toi tu dirai n'importe quoi pour te faire remarquer ! à la guerre j'te dis ! Celle contre les Bretons
- Idiote ! C'est toi qui dit sornettes ! t'oublies peut-être que c'est un moitié Montfort et qu'y vivent tous la bas !! paraitrait qu'ils ont même une contrée qui fait 30 lieues de rond , et rien qu'à eux !
- Menterie ! Une si grande contrée que pour eux, ca existe pas !
- J'te dis qu'si ! C'est mon n'amie Aure qui m' l'as dit quand elle a voyagé tout la bas !
- Pis t'façon; je sais qu'il est moitié breton, mais ça change rien n'à rien ? y l'ont tous renié, alors...

- En tout cas, ce ne sont pas ses premières z épousailles. affirma soudain Violette
- Bah, et alors , elles sont toute mortes ses z épouses.
- Oh pas toutes !
- Pas toutes ? tu dis menterie aussi Violette.
- Disons que beaucoup sont mortes, ca c'est bien vrai, et pour tout dire je préfère ma place à celle de Madame la Chatelaine. A sa place, j'aurai trop peur de mourir bientôt.
- T'sais; à elle non plus c'pas ses premières z épousailles.
- Oui mais, son époux n'a pas disparu ou n'est pas mort dans des circonstances, plus qu'étrange.
- Tu veux dire quoi Violette ? C'est lui qui les z aurait tuer ?
quémanda alors Eugénie en relevant la tête, le corps tremblant.
- C'est ce qui se dit en tout cas. Et puis, il se dit aussi qu'ils aiment bien les ribaudes. Surtout une, qui le suit partout.
- Les ribaudes ? Tu veux dire........... les filles de joie ? Le chatelain il irait les voir ?

Hochement de tête de la part de Violette , écarquillement des yeux d’Eugénie et secouage de ma propre tête devant tant d'ineptie.
- Surtout une. Lilith qu'elle se nomme. Mais, ce qu'il y a d'étrange c'est qu'on la voit toujours à côté de lui, à la mort d'une de ses épouses. C'est comme si......... ils font un duo d'assassin ces deux la. Pour ça qu'il ne s'est jamais fait attrapé le châtelain. Enfin moi, je le dis, j'aimerai pas être à sa place à la châtelaine. Elle sait pas ce qu'il l'attends.


La, je devais intervenir même si ma foi, je constatai qu'en les laissant libre cours sur leur ragots en tout genre, le petit monde travaillait sacrement mieux et plus vite. Déjà les pois étaient écossés, les carpes écaillées, vidées, farcies, tout juste prêtes a rejoindre le fourneaux. Oui, pas à dire, le travail avançait trois fois plus vite. Mais bon, je sentais le froid me glacer le sang avec les dires de Violette, comme si déjà la mort rodait dans les cuisines qui pourtant devaient être surchauffée avec la cheminée, les fours a pains, à viande. Je tape dans mes mains, me racle la gorge et cantonne :

- Bien ! c'est bon Violette, je crois que ....... oui, nous avons tous compris ! Grand bien te fasse ,tu n'es pas prête d’être chatelaine, donc jamais tu ne seras à sa place ! A présent, je veux entendre : du silence !

C'est non sans quelques jérémiades, surtout d'Eugénie que je décidai de ce fait d'envoyer servir en salle quand l'heure serait venu, que je n'entendis plus que le bruit des ustensiles.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Mer 29 Oct - 12:25

Marme-Mytonne a écrit:






Et le silence se fit. Les petites mains en tout genre continuaient de s'activer quand soudain, tous en chœur nous relevons la tête en entendant l'écho lointain.




Je me tourne vers ceux qui m'entourent, en souriant :

- Nous y sommes ! Affirmai je pendant que Violette se signait en regardant les cieux. Bon, de toute évidence, elle prévoyait malheur, mais je n'avais aucune envie que le malheur ne vienne justement du repas, aussi quémandai je :

- Ou en est le premier service ? Encore une petite heure et il faudra qu'il soit en place !
- Il est prêt Madame. Les escargots sont au chaud dans leur bouillon, les pains d'épices sont émiettés, le cresson lavé et la vinaigrette faite.

- Bien, parfait. Oh ! pendant que j'y pense Eugénie. Tu servira en salle afin d'aider Adnette et Gustave. Mais pas de bourde ! Œil brillant ! épaules redressées ! tête pas trop haute. Mutisme et grand sourire ! Tu es joyeuse ! Ravie d'avoir l'honneur de servir les Châtelains, mais n'oublies pas qui tu es ! Tu ne danses pas ! Tu regardes ou tu poses tes pieds et mieux encore les plats et surtout tu ne les dévisages pas. Il y aura de belles toilettes a t'en faire tourner la tête que je veux voir bien droite sur tes épaules ! Compris ?

- Oh oui Madame, j'ai bien compris ! Je souris mais pas trop, je fais attention à tout et je me tais. Mais.. je vais vraiment servir ? Demanda t elle en souriant déjà aux anges.
- Si d'ors et déjà tu redescend de suite sur terre ! Sinon j'enverrai Violette. Finis je par affirmer en regardant l’intéressée.
- Oh non Madame, pas moi s'il vous plait !
- Et pourquoi donc ? et surtout depuis quand peux t on me dire, non ?!! Tu mériterai que je t'y envoie juste pour ce refus !
- Mais Madame..... c'est que......
- Suffit Violette ! Je ne veux rien entendre de plus ! Rétorquai je en me retournant derechef vers Eugénie qui elle, affichait un visage qui en présageait long sur les recommandations que je venais de lui donner. Moui, j'aurai vraiment de la chance si elle les suivait.

Mes quelques mots avaient du être pris pour porte ouverte aux nouvelles conversations car s'en suivit un piaillement excité de


- J'aimerai bien voir leur toilette moi, on dit que la Châtelaine s'est fait faire une robe cousue d'or fin , que même c'est le Châtelain qui en n'aurait une mine.
- Tu dis encore ânerie Marie, tu ferais mieux te taire. Riposta Fernande
- Non c'est vrai !
- Et d’où que tu as entendu ça pour sa robe hein ?!
- Oui oui ! d’où ? Personne ne l'a vu. Quémanda Violette.
- Je connais bien la couturière, c'est elle qui m'a dit !
- Tss, à part ton Guillot, tu ne connais personne Marie.
- Laisses le mon Guillot ! Il est déjà plus beau que ton Jean ch'sais tout faire !
Haussement d'épaule de la part de Violette qui poursuit
- Tu n'es qu'une jalouse parce que ton Guillot à part boire ses écus à la taverne, il ne sait rien faire !

- Dites.... Coupa subitement Octave. Vous l'avez vu arriver le fils du châtelain ?
- Son fils ? faudrait déjà savoir lequel; il en a tant le châtelain, que même tes dix doigts n'y pourvoiraient pas pour les compter ! Railla Fernande.
- L'étrange.

Rires à l'unisson de l'assemblée

- Ils le sont tous ! Mais ca m’étonne pas, quand on voit l 'père ! Ricana Marie Ca s'trouve c'est même pas lui, leur père !
- Un grand. Continua imperturbable Octave.Très très grand.Trop grand. Termina Octave en immisçant une certaine froideur dans la cuisine.
- Un grand ? ils ne sont pas grand ses enfants, et puis surtout ce serait mal venu qu'ils soient la !
- Il doit forcement être là.
- Et pourquoi je te pris Mônsieur Octave je sais tout ?
- Parce que, celle qui a décoiffé Madame Marme, est sa promise.
- Sa promise ?? Questionna interloqué Violette.
- Il doit être là. Il est là. Indéniablement.
- Dis donc Octave, tu sembles pas ravi qu' y soit là. S'amusa Marie

Haussement d'épaule, et ajout :
- Si il ne vient pas dans les cuisines, peut m'importe. Termina t il d'une façon si brusque que l'on su de suite que la discussion était close.
- Octave.... on dirait que tu caches quelque chose. Allez !! dis le nous ! S'empressa Fernande
- Oui ! Oui ! Y s'dit quoi sur lui ?! j'le connais pas moi, le grand fils au châtelain ! D'ou il sort ? Il est beau ?
- Allez dis nous ! Tu sembles bien le connaitre ! Tu l'as déjà vu ! c'est sur !


    ...........



Octave ne répondit jamais malgré les nombreuses injonctions des servantes qui l'entouraient. Les services se mettaient en place dans un jacassement de conversations diverses et variés qui, reposaient essentiellement sur les châtelains et invités. Seule Eugénie ne disait mot...... Je fronçai du nez quand je vis sa mine ébaudie, son regard fuyant et rêveur.
Mauvais présage, songeai je.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Mer 29 Oct - 21:35

Navis a écrit:
Son forfait accompli, Navis retourna vite dans les communs....
Du bruit venant de la cuisine, elle s'y dirigea.....

Houla ! y'avait de l'ambiance là.... sous l'oeil impitoyable d'une chef dragon.... enfin cuisinière.....


Salut tout le monde !!!!
Je m'appelle Navis !!! et si on fait la cuisine à la truelle alors je peux vous aider !!!!
Je manie la truelle en professionnelle....

Mais bon, je ne suis pas sure que ce soit votre outil privilégié ! ^^


Avisant le nombre de donzelles....

Pis sinon les filles, j'ai vu la tenue de la châtelaine..... Magnifique !!!!

Hum.... j'ai fait un croquis vite fait, vous voulez voir ?


Navis sort de sa poche son croquis vite fait.....



Mais bon c'est mieux en vrai !!!!

Navis regarde la chef et se dit qu'elle ferait mieux de ne pas insister.....
Le temps est compté.... La récréation finie....
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Jeu 30 Oct - 7:09

Vivilolo a écrit:


était sortie de la chapelle quelques minutes prendre l'air avant que la cérémonie ne débute....elle avait chaud, très chaud..

Se promenant dans le jardin........sent une bonne odeur..de nourriture.
N'ayant pas eu leur foie gras plus tôt, elle avait un ptit creux.
Se fit à son nez et suis l'odeur jusqu'au cuisine.

Y entre tout doucement......cherche le chef cuisinier..regarde tout autour.
Voit une Dame .......d'une carrure ...ouffff.


Bonsoir Madame, je présume que vous êtes la cuisinière du domaine, vous semblez avoir les choses bien en mains.
Je me promenais dans le jardin quand une bonne odeur m'a amené jusqu'ici...

Mais qu'est ce qui sent si bon??????
On peut en avoir une petite portion svp?
Mon tendre époux est passé plus tôt pour avoir du foie gras, malheureusement il est revenu les mains vide.

Alors cette odeur, je ne peux y résister Madame.
Dites, svp!!!!
Je peux avoir une tite assiette, sinon, en retournant à la cérémonie, tlm entendra mon ventre crier famine.


sourire angélique aux lèvres, espère que la cuisinière sera de bonne foi....gras!!!
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Ven 31 Oct - 23:13

Marme-Mytonne a écrit:






Grimpée sur une des chaises, je tente de décrocher les §%"@&£ !! de tête d’ail qui sont clouées, évidement, au plus haut de la poutre maitresse ! Pas besoin de demander qui les avait perché la, je n’en doutais nullement. Aussi, c’est en nage que je marmonne des :

- Salop’’rie d’fief de bourgeois !! Encore un coup d’la Chatelaine ça ! Ah pour sur, elle faisait moins la fière quand elle était qu’une simplette ! Tss, un coup d’baguette, la vl'a nobliote et le Gustave lui lèche les pieds en exauçant tout ces caprices meme à percher des z ails si hautes !

Sur mes belles paroles, les goutes de sueur dégoulinent pour atterrir dans mes yeux. Manquait plus que ca ! A présent, j’y vois pratiquement plus ! Décidée de ne pas me laisser démonter, je me hisse en équilibre précaire sur le bout de mes poulaines et tire la langue sous l’effort.
Encore un peu….., juste un peu…… , j’y suis presque…….,Allez.... Allez...

Elles sont là, à tout juste deux doigts. Je m’étire, me contorsionne, me grandit, je les touche, encore un effort et me voici telle une danseuse de ballet, sur la pointe des pieds.

Ouiiiii ! Ouiiiiii !! Encore un chouilla ! Encore un peu, juste un peu, je vais les z avoir, je les ..........
    - Salut tout le monde !!!!








Et de me retrouver le cul par terre, les jupons à la r'tourne, dans le noir total pour cause de coiffe recouvrant mes iris et.......
sans les ails !
Corne de bouc de nom d'un chien ! vocifère ma caboche avant d'enchainer ensuite en grimaçant : Mordiable c'que ca fait fichtre un mal de chien !
Bon dans un premier temps je me devais de remettre mes guiboles dans le prolongement de mon torse, - ce que je fis tout en tiraillant sur mes jupes et tout cela dans un soudain piaillements de :


- HHIIIiiiiiiii !!
- RHOOOOOO qu'est ce qu'elle est belle !
s'exclame émerveillée Fernande
- Ha ! tu vois ! j'te l'avais dit, c'est cousue d'or !
- Tu parles c'pas l'or ca ! C'est du faux !


qui ? que ?.. quoi ?.......Cousue d'or ? Ch'suis pas cousue d'or moi ?!! Remisage de ma coiffe bien en place afin de voir ce qui se trame encore dans cette cuisine ! Quelle naïve fus je donc d'avoir songer un instant que le " HIIiiiiiiiiiiiiii " un peu léger menu beaucoup perçant, était dirigé vers moi et ma chute ! Je relève donc la tête, mon fondement toujours sur le sol pour voir tout le personnel penché sur la table à mirer je ne sais quoi !

- EEEEEEEEH OHHHHHHHHHH ! Vous z 'en faites pas pour moi hein ?! Je vous sens très z inquiets pour ma santé !

Ce doit être ce jour qu'on inventa l'expression : pisser dans une vielle.......

- Il doit avoir de beaux atours aussi le châtelain.
- Et tous les autres aussi !
- Haaaaan j'aimerai bien et'es à ta place Eugénie, rien que pour les voir tous !
- AH non ! c'est moi qui sert !



Avec lenteur et précaution je me redresse en m'aidant de ma dextre que j' appuie sur la table, j' y fait suivre mon bras, le haut de ma coiffe puis enfin mes iris, courroucées . Je pus voir alors ce qui émerveillait tant mon assemblée. Un croquis... un simple croquis de rien du tout ! Je venais de risquer ma vie et eux tous s'extasiaient pour un croquis !! La colère monte et je hurle en finissant de me redresser :

- C'est pas bientôt fini vos simagrées la !!

Mes iris tournent alors vers une donzelle qui , je le vis de suite, n'avait strictement rien à faire ice lieu ! Profonde inspiration par le nez sans quitter son faciès qui........
Froncement de sourcils devant..... ces yeux..... ce nez.... c'te bouche..... c'te ..


- Par les Saints couillons du Pape ! Encore une ! fulminais je aussitôt en reconnaissant une De Selenes
- Lest z ont tous invité ou bien ? !

Je la regarde bien en face et en lui pointant la porte je crie :

- DEHOOOOOOOOOORS ! Si vivement que mon gosier s’enflamme à m'en faire tousser. A peine eue je le temps de retrouver un brin de souffle qu'une voix mielleuse à souhait se fit entendre pour résonner en moi ainsi :

- Bonsoir Madame, je présume que vous êtes la cuisinière du domaine, vous semblez avoir les choses bien en mains. ééééééééééét vas z y, entre en passant d'la pommade à la cuisinière, comme si j'avais b'soin qu'on m' graisse encore de plus !
- Je me promenais dans le jardin quand une bonne odeur m'a amené jusqu'ici... Bah voyons, même si j' faisais griller les poils d'un cochon ch'suis sure qu'elle trouverait qu'ca sent bon ! C'qui faut pas entendre ! Tssssssssss

-Mais qu'est ce qui sent si bon??????
- On peut en avoir une petite portion svp?
et bah voila! on n'y est ! Tout ce baratin pour....
- Mon tendre époux est passé plus tôt pour avoir du foie gras, malheureusement il est revenu les mains vide. Hein ??! quoi ???! son n'epoux ?! Nan mais dites moi que j'reve ! Une n'autre Maucreature !!! !! Ça en fait trois ! Manquerait plus que la curette se pointe ! Ah moins que ....! Dites moi pas , qu' c'est elle qui fait les z epousailles !! Arf, nan marme, tu délires, elle peux plus ! Moui mais..... va savoir avec ces z autres !
Oui, oui, il est de notoriété public que ça cogite toujours fort sous mon ciboulot, quoiqu'il en soit, je laisse la Maucreature terminer son laïus, mes propres intentions déjà bien ordonnés


-Alors cette odeur, je ne peux y résister Madame.
Dites, svp!!!!
Je peux avoir une tite assiette, sinon, en retournant à la cérémonie, tlm entendra mon ventre crier famine.


Mes lèvres s'étirent en un sourire complétement faux, je fais signe à Fernande de m'apporter une assiette que je tends ensuite a la chère et tendre épouse de celui nommé en sourdine : le commerçant brigand.


- Voila votre assiette. A présent, j'ai une solution, vous faites la même chose que quand vous êtes rentrez, mais dans l'autre sens hein ?! vous regagnez le jardin pour en respirez la bonne odeur, sauf si vous tenez vraiment à gouter à ma spécialité :
- Une salade de phalanges !!
finis je par dire en levant ma main ouverte .
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Sam 1 Nov - 18:59

Vivilolo a écrit:
Est toute étourdie d'entendre parler cette heu.......cuisinière.

Bon bon !!!
J'ai compris je prends mon assiette, mais je vais pas me promener avec
celle ci dans le jardin, des plans que tlm se pointe pour en avoir une.

Je vais manger ici, je dérange pas .......promis!!

Ha oui!! .... désolée mais la salade c'est pas mon fort, moi c'est le foie gras.^^


Sourit et mange à petite bouchée ......
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Ven 14 Nov - 20:15

Marme_Mytonne a écrit:



Je me retournai vers le centre de la cuisine sur les paroles de la Maucréature sans en comprendre un seul mot. Certes j'avais donné l’assiette, mais celle ci étant vide je ne voyais pas vraiment ce qu'elle pouvait manger. J'en déduis qu'elle avait du cueillir quelques baies au alentour et la laissait plantée là sans lui dire de sortir. A quoi bon de toute façon , elle aurait été capable de rentrer par la fenêtre. Étonnamment un silence de bibliothèque s’était établi dans les cuisines. Etait ce dû a la présence de l'intruse ? Je fronçais les sourcils sur cette possibilité puis haussais les épaules en reprenant la surveillance de chacun des services. Violette avait terminé les choux et s'attaquait aux fruits confits, Cyprien faisait les sauces, Marie arrosait généreusement le porcelet, Fernande préparait la cuisson des pois, Octave poursuivait l’épluchage des potimarrons, Louis tentait d'attraper une des carpes dans le baquet et Eugénie disposait des fruits sur des plateaux, un sourire benêt sur les lèvres et l'esprit ailleurs. Je plissais le nez en la voyant, conforté dans mon esprit que cela ne présageait rien de bon.

Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Dim 16 Nov - 15:52

eugenie a écrit:




Servante comme sa mère le fut avant, Eugénie âgée de 16 printemps devait trimer dur pour son age. De sa mère il ne lui restait plus que de tendres souvenirs, mais depuis sa disparition six années auparavant, les différentes domestiques en chef qu'elle avait côtoyè, lui avaient montré une autre facette de l’âme humaine. Lorsqu'elles étaient à ses côtés, elle faisait doublement attention à ses gestes, afin de cacher sa maladresse. Elle ne pense pas cependant les avoir duper bien longtemps.
Blâmes, réprimandes, regards de reproches et critiques faisaient parties à présent de son quotidien. De ce fait, Eugénie vivait continuellement  l'échine courbé, la peur au ventre. Était ce pour cela que sa maladresse s’accroissait ? Des chutes sans raison, des pieds qui s’emmêlent, des jupons incontrôlables, même le balai de paille se retournait parfois contre elle et la faisait choir sur le sol. Des plats cassés, des bols en bois fendues, des vases, assiettes, verres, gobelets, bibelots tombés, des papiers éparpillés et remis en désordre sur le bureau, des poussières oubliées, elle en avait eu plus que son lot.  Aujourd'hui encore, dans cette cuisine, elle avait dû chasser les escargots...
Son escarcelle avait souvent fondue pour cause d’obligation de rachat d’objets mis au rebut par sa faute. Aussi, pour échapper à sa pauvre condition, elle rêvait d'un meilleur.
Rêve improbable lui aurait rétorqué quiconque à qui elle se serait confié, mais elle, elle y croyait. Et ce jour... ce jour... elle était persuadée que son rêve s’exauçait. Elle l'avait trouvé, lui;  son ciel plein d'étoiles.. Grâce a Madame Marme qui, elle l’espérait, ne se doutait de rien, elle pourrait le mirer tout le temps des festivités qui durerait si tard dans la nuit que certains parleraient de matin.
Sourire idiot d'hébétude, cœur battant une chamade démesurée, guibolles en guimauve, regard perdue dans l'océan du souvenir de ses iris si belles, majestueuses, souveraines, elle posait nonchalamment, sans aucune attention, les fruits dans la corbeille . Ces pensées étaient bien loin de cette cuisine, égarées dans son émoi, même son ouie lui faisait défaut. En tête, juste le désir ardent que la cérémonie se termine au plus tôt, afin d'enfin pouvoir contempler, approcher et peut être échanger quelques mots, à cette vision céleste.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Dim 16 Nov - 21:08

--Adnette a écrit:


Elle avait suivi la cérémonie la jeune chambrière, émue souvent. Mais c'est quand elle vit Gustave dans son bel emploi que les larmes lui sautèrent des yeux.

<J'suis t'y pas idiote moi d'pleurer ainsi ? jamais je f'rons un tel mariage. Tout juste si un paysan voudrait d'moi, ou .... un majordome ? Bon allez sèche tes larmes et va faire ton office, stupide que t'es>

Elle traversa en courant la cour, le hall du domaine et se trouva à l'entrée de la cuisine.

Dam'Marme ! ça y est ! la cérémonie est terminée. On va voir tous ces nobliots affamés arriver dans la salle de réception d'ici à peu.
J'peux aider à servir si vous avez besoin d'moi. J'suis camériste, mais j'ai déjà servi à table vous savez.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Lun 17 Nov - 19:21

Marme-Mytonne a écrit:





Sous mon regard inquisiteur à l'affut du moindre défaut, de la moindre erreur,  le tout dans  dans un silence religieux, le petit monde s'activait. Je songeais de plus en plus à envoyer Violette au service de table quand je vis le visage lointain d'eugénie de minutes en minutes et ce, depuis le moment où justement je lui avait dit qu'elle servirai. Une œillade sur Violette, j'avais trop besoin d'elle en cuisine pour l'envoyer en salle, quant aux autres " petites mains ", elles étaient loin d' être en mesure de remplir ce rôle. Je m'interrogeais vivement quand :


Dam'Marme ! ça y est ! la cérémonie est terminée. On va voir tous ces nobliots affamés arriver dans la salle de réception d'ici à peu.
J'peux aider à servir si vous avez besoin d'moi. J'suis camériste, mais j'ai déjà servi à table vous savez.


Je me retournai vers la voix que j'avais reconnu pour lui affirmer :


- Oh oui Adnette, non seulement je veux que vous serviez, mais vous le devez !
Puis après m’être rapproché d'elle  je chuchotais plus bas
- J'avais prévu d'envoyer Eugénie mais son air.... ne présage.... rien de bon. Regardez vous même ! j'sais pas ou qu'elle est , sauf pas la !
- Cependant vous  pourrez pas surmonter seule cette tache. Il y a... trop de plat, trop de monde, trop de.... tout ! Donc, je vais l'envoyer servir , mais gardez un œil sur elle, et au moindre faux pas, prévenez moi ! J'aviserai pour une autre solution.


Sans lui préciser que d'autre solution, je n'avais pas, je lui fis un sourire navrée puis criait plus fort en m'écartant de quelques pas :

- Vous avez entendu ! C't'a nous de jouer !
- Premier service en place !! On s'dépeche !
 
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Mar 18 Nov - 12:48

--Adnette a écrit:


Ravie de pouvoir se rendre utile encore. Elle avait été élevée comme ça la petite Adnette : travailler pour être vivante et reconnue. Ca faisait partie de son objectif de vie. Et puis, faut dire aussi que les maistres ne sont pas radins, les gages sont conséquents et ils les traitent avec respect. Pas comme ces nouveaux bourgeois des salins ! Il y avait même une petite complicité qui naissait entre la Dame et elle.

Un chuchotis accapara toute son attention.
Au fur et à mesure, Adnette posait ses yeux sur Eugénie qui semblait effectivement .... ailleurs. Un joli brin de fille cette Eugénie.
Alors elle se tourna vers Dame Marme et lui fit un signe de tête entendu. Elle allait la surveiller même si elle ne savait pas à quoi s'attendre.


Euuh peut être que Gustave pourrait lui aussi nous aider dans cette tâche. Enfin je ne sais pas, il faudrait lui poser la question.

Adnette souriait bêtement en pensant à Gustave.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Mar 18 Nov - 20:13

Marme Mytonne a écrit:




La pression avait encore monté d'un grand lorsque Adnette questionna sans vraiment le faire d'ailleurs :

- Euuh peut être que Gustave pourrait lui aussi nous aider dans cette tâche. Enfin je ne sais pas, il faudrait lui poser la question.

Ma tête ahurie se dévissa vers elle aussi vivement que l'aurait fait une chouette :


- Gu.. ? Gu... ? Gustave ?
- çui qui dit Amen à toutes les folies d'la chatelaine ?
Z'avez t y pas perdu l'esprit Adnette! Y va nous faire que des catastrophes !  Suffit qu'la chatelaine lui d'mande d'aller danser nu comme un ver à la lune montante pour qu'il fasse ! D'ja, les z 'ails, z'avez  t y  vu  ou qu'il les  z a perché ?! ch'suis sure qu'c'est un coup d'la chatelaine ça et l'Gustave, il obéit comme un couillon !
Ripostai je aussi sec quand, enfin,  je surpris son air extatique. Pour finir, lorsque mes deux neurones crurent comprendre, j'écarquillais les yeux à tel point que l'on pouvait penser qu'il allait sortir de leur orbite :

AH non Adnette ! Pas vous ! Reprenez vous ! c'pas l'moment de tomber en amour ! C'pas l'jour de vos z épousailles j'vous rappelle ! et si vous t'nez vraiment à c'que ce...... Gus.
dis je en tordant la bouche , dégoutée vous z'aide;  va falloir afficher une aut' tête que ça !

Mazette ! On dirait une poule prête à pondre !
finis je par esclaffer cependant qu'à part moi;  j'étais de plus en plus persuadée que tout ce monde voulait m'anéantir.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Mer 19 Nov - 19:14

--Adnette a écrit:


Surprise, elle l'était la chambrière. Froncement de sourcils, elle aimait pas trop qu'on dise des choses comme ça sur le majordome.

<tssss ! elle dit n'importe quoi. L'est pas comme ça l'Gustave, pis d'abord c'est au service du châtelain qu'il est. Mais bon j'frons mieux de m'taire. L'est pas trop commode la Marme, mais l'est chef d'la cusine.
Code:
AH non Adnette ! Pas vous ! Reprenez vous ! c'pas l'moment de tomber en amour !

Hein ??? ah mais non ... non non non .... C'pas pour moi l'amour !
Code:
et si vous t'nez vraiment à c'que ce...... Gus. vous z'aide; va falloir afficher une aut' tête que ça ! Mazette ! On dirait une poule prête à pondre !

<bon ressaisis toi ma fille, hop ! dos droit, tête altière, sourire rentré et mine indifférente. Voila ! te v'la convaincante.>

J'vous assure Dame Marme ! j'l'aimons bien mais d'la à tomber en amour. C'que j'en disais moi, c'était pour aider au service. Parcqu'y sait faire, j'la d'ja vu à l'oeuvre.

Puis se rapprochant d'elle, et surtout pour détourner la conversation sur quelqu'un d'autre :

Vous craignez quoi d'la p'tite Eugénie ?
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   Jeu 20 Nov - 19:57

Marme-Mytonne a écrit:




J'écoute, j'observe, j'évalue, j’examine, je jauge, j'étudie pour finalement comprendre que mes deux neurones avaient précipité les conclusions de l'air extatique d'Adnette puis quand elle ajouta que le Gustave savait y faire, j'intervins :

- Bon bah, il a qu'a servir itou. T' façon, vu l' monde qu'est venu, vous s'rez pas trop à 3.

Rassurée surement, Adnette me demanda alors ce qui me tracassait  au sujet d'Eugénie, je lui répondis tout aussi bassement :

- Ma pôv' .. si vous saviez... C'te fille, elle a deux pieds gauches mais pas que.... les mains aussi et ça.... quand elle fait attention. Alors la.... a voir son air de bécasse, j 'me doute que les catastrophes, elle va les aligner ! C'te tête elle l'a tient d' puis que j' lui ai dit qu'elle allait servir...... Mais l'a intérêt à se ressaisir ! Terminai je presque en criant  par faute des troubadours qui faisaient déjà un de ces raffut. Je me dirigeai vers l'arriere porte et la claquait d'un coup de pied afin de faire revenir un peu de silence dans cette cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les cuisines du fief   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les cuisines du fief
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» cérémonie d'octroi de fief de mérite du 12 aout 1459
» cérémonie d'octroi de fief de mérite du 11 mai 1459
» FORUM FIEF
» cérémonie d'octroi de fief de mérite du 21 juin 1459
» Comment rechercher des seigneuries pour son fief?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Role Play :: Archives de Rps :: Marme_Mitonne-
Sauter vers: