Le Role Play


 
AccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

 Auberge a moulins

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Auberge a moulins   Lun 19 Aoû 2013 - 11:39

Conteur a écrit:
"Totoriflette"

Situé légèrement en retrait du centre du village, on y accède en marchant durant quelques temps dans la petite ruelle située juste derrière la mairie.
Ensuite un petit sentier s’aperçoit sur la droite, ou l’on imagine sans peine les cavaliers parcourant ce chemin sur leurs fiers destriers, et les menant au bord de étangs où chacun peut surprendre hérons, perdrix ou chevreuils, enfin on l’aperçoit au delà du porche de pierre imposant, les différents corps du bâtiment.

Le bâtiment central ou se trouve les pièces de vie, et sur les ailes les différentes pièces pour loger les voyageurs, ou les personnes désireuses de trouver un lieu ou ils pourront se reposer et méditer. Et plus au loin, en portant son regard alors on découvre des champs verdoyants, et on imagine sans peine les chênes aux feuilles argentées l'automne, la paisible tranquillité du chant des oiseaux au coucher du soleil, ainsi que le vent soufflant dans les épis de blé, tel une danse.



Le lieu était maintenant prêt à ouvrir, les vaisseliers remplis de verre et assiette, et chaque chambre de la plus petite à la plus grande était décorée avec simplicité mais goût, de doux édredons recouvraient chaque lit. L’endroit pourrait accueillir aussi bien les princes et les rois, que les vagabonds dans le besoin.

Totoriflette regarda l’endroit, il y voyait déjà ses enfants jouer avec les autres d’enfants, puis d’un coup, il pensa à une chose :

Comment faire seul pour gérer cet endroit, il me faut trouver du personnel, un majordome, et une gouvernante, il se mit donc à les rechercher.

Mais il fallait maintenant ouvrir, aussi commença t'il seul à gérer l'auberge

Un petit mot à l'entrée, indiquant
Le Restaurant

La Taverne


Il n'espérait plus que cela marche, car plusieurs auberges existaient déjà, mais n'étaient pas facile à trouver pour les voyageurs.

*******************************************

"Totoriflette"

Afin d'attirer la clientèle, il refit la décoration de la taverne



Ce qui l'ennuyait c''est qu"à ce jour, il n'avait qu'une canditature au poste de majordome, le choix allait être difficile

******************************************

"Alcibiade*"

Les bougies éclairaient à peine la taverne, formant ainsi de gigantesques ombres sur les murs gris et froids, quand Alcibiade entra, la démarche allègre, le regard rieur. Il prit une chaise qu'il plaça un peu en retrait de la cheminée, y prit place, s'asseyant de côté afin que l'on ne devine que son profil. Il plia les coudes sur ses genoux en respirant lentement comme pour s'imprégner de l’atmosphère de ce village.
Bientôt il dissimula sa tête dans les volutes de fumée qu'il provoquait en tirant sur sa pipe couleur de miel, ses cheveux grisonnants en bataille retombaient sur sa longue cape marron qui lui couvrait son corps gracile , et ses pieds tapaient le sol l'un après l'autre tel l'aurait fait un tambourin.
Son visage en triangle se terminait par une barbichette et son teint halé présumait du temps passé sur les chemins. Les profondes pattes doigts remontaient aux tempes rejoignant les vastes sillons que formaient son front. Deux rigoles descendaient de la base de son large nez et venaient tomber sur sa bouche quasiment édentée. Toujours souriant, il inspirait la confiance, et sa simplicité apaisait les âmes les plus méfiantes .
Il attendit patiemment, tout en silence, que quelques villageois prennent place autour des tables avant de reprendre ce rôle qu'il aimait temps; le rôle de conteur.

***************************************

"Bettym"

Bettym vit le Sieur s'assoir près de la cheminée mais pas face à ses éventuels spectateurs. Elle prit place sur une des tables libre et attendit patiemment que ce conteur commence son spectacle. Le tavernier arriva à sa table et profita de passer commande.

Bonjour, puis-je avoir un Hydromel et votre plat du jour ?

Le tavernier repartit vers ses fourneaux... et en attendant, Bettym se demandait de quoi pourrait bien parler cet homme si mystérieux mais ayant l'air si bon.

****************************************

"*venussia*"

Vénussia entra dans l'auberge de son parrain il était temps de venir la visiter
Elle trouva l'endroit charmant ,appercevant le comteur croisé peut de temps avant sur la place du village elle le saula timidement
Bétty etait la à Manger

Vénussia alla la rejoindre
Bonjour Betty comment vas tu ce matin!?VVénussia lui fit une bise
à voir ton visage toujours aussi radieux je pense connaitre la réponse Very Happy

Son parrain était la à travailler Vénussia lui fit un gs bisous
Bonjour parrain!! Very Happy

*******************************************

"arwendell"

Arwendell arriva a la taverne toute essouflée esperant que cela n'avait pas commencer.

Elle vit que ses amis Venussia et Bettym etaient dejà la.

Bonjour les filles!!! J'espere qu'il va y avoir du monde qui va venir ce serais tellement dommage de rater ca.

Elle alla s'assoir a coter de Venussia et Bettym et attendit que le conteur commence.

*******************************************

"Bettym"

Alors que le tavernier lui apporta un bon petit plat, Venussia entra dans l'auberge et vint la rejoindre.
Bonjour Venus. Elle lui fit la bise pour accompagner son salut.

Tu vas bien ? Elle sourit à la remarque de son amie. Mais comment peux-tu savoir comment je vais ? C'est si flagrant ?

C'est à ce moment que Toto sortit de derrière son comptoir et vint les saluer.

Bonjour Toto, comment allez-vous ?

Puis en regardant Venus et Toto, elle les invita à venir à sa table.

Vous m'accompagnez ? Allez, installez-vous et buvons un petit verre !

La porte s'ouvrit et Arwen apparut. Bettym lui intima de venir à la table. Elle l'embrassa.

Bonjour Arwen. Tu vas bien ? Allez assieds toi et commande à boire, c'est moi qui régale !

******************************************

"Totoriflette"

Totoriflette vit le conteur s'installer, son apparence était surprenante, il ne restait plus qu'à espérer qu'il soit bon. Car peu de temps aorès son arrivée, quelques villageois étaient déjà installer. Les tournées allaient bon train, Totoriflette se dit

Il ma faut vite embaucher pour m'aider

Bien le bonjour à vous tous, et bienvenue à la taverne,

Il s'empressa de servir les verres aux personnes présentes et déposa un verre devant le conteur, et les plats commandés, il se sentait déjà épuisé

Bonjour ma filleule, tu veux bien m'aider aux services, car seul je en suis pas sur d'y arriver, bien sur tu seras rémunerer.

Il courrait partout afin de satisfaire la clientèle

***********************************************

"*venussia*"

vénussia se mit à rire de bon coeur en voyant son parrain faire
attends laisses viens t'assoir je vais m'occuper des clients Laughing Laughing

Venussia se leva pour aller retrouver le comptoir et se mit rapidement à preparer les commandes et servire les tables

***********************************************

"arwendell"

Merci bettym a la votre !!!!Bonjour Sieur Toto

Arwendell regarda Venussia prendre soin de son parrain et sourit.

***********************************************

"Totoriflette"

Tout en s'affairant, il avait entendu les paroles de sa filleule, et cela le soulagea, aussi se retournant vers elle, il lui dit :

heureusement que tu es là, je me noyerai dans un verre d'eau,
puis il ajouta en souriant,
être propriétaire est un chose, mais être tavernier pfff, pas pour moi, trop fatiguant

Cela le fit éclater de rire
Il se servit alors une bière et alla dans la salle rejoindre les personnes présentes, il n'osa aller à la table du conteur, qui buvait tranquillement son verre, aussi alla t'il rejoindre Bettym et Arwendell


Dernière édition par Admin le Lun 19 Aoû 2013 - 11:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Auberge a moulins   Lun 19 Aoû 2013 - 11:40

Conteur a écrit:


"Alcibiade*"

Il tira un long moment sur sa pipe avant de la reprendre en main, plongea ses doigts noueux, dans la besace toute aussi vieille que lui qui pendouillait sur son coté, et d'un mouvement brusque, lança ce qu'elle contenait dans la cheminée. Aussitot une longue fumée blanche s'éparpillat dans l'âtre dessinant une immense étendue d'eau houleuse qui venait mourir sur de sombres galets. Lentement elle monta et se transforma en corps de femme qui se mouva au milieu de la pièce.L' homme assis de sorte que l'on ne devine que son profil, la designa du doigt sans même la regarder tout en murmurant :
Vous la voyez ?... la veuve.... regardez bien... , bientôt , vous verrez son fils.....

La veuve commençait à venir lécher les quelques villageois quand il fit avec lenteur de grands ronds avec son bras qui fit apparaitre un garçon tirant un lourde charrue, le tout se dirigeant vers la porte de la taverne. Pointant toujours son doigt il enchaina :

Là... vous le voyez ?.., vous voyez comme ils sont pauvres... même pas de quoi se payer une paire de boeufs..., rien...
Tour à tour, qu' ils la tirent la charrue, regardez........
écoutez leur histoire prendre vit dans un village loin là bas, à l' ouest de ce Royaume, où se mele terre et mer, brouillard et soleil, falaise et etendue de sables.

Il devisagea un long moment d'un oeil bienfaiteur, les têtes qui l'entouraient , certaines montraient la peur, d'autres l'impatience oû même l'incrédulité. Il attendit encore que toute fumée s'estompe avant de reprendre.

****************************************

"arwendell"

Arwendell en voyant l'image apparaitre dans la cheminée eu d'abord peur puis la fascination apparue sur son visage.

Elle ecouta l'homme sans arriver a detacher ses yeux des images qui se formaient devant elle comme ci elle fesait partie elle aussi de l'histoire.

L'homme s'arreta un moment de parler et le silence qui se crea rendit les choses encore plus iréelles.

Elle attendit patiement suspendue aux levres du conteur que celui ci veulle bien continuer.

*****************************************

"Bettym"

Vous m'excusez de manger devant vous mais je meurs de faim ! Laughing J'espère que vous ne m'accompagnerez !

Le conteur commença à s'activer... Alors qu'elle mit sa fourchette dans la bouche, elle sursauta en voyant une silhouette apparaître de l'âtre.

Un conteur ? Je dirai plutôt un sorcier ! pensa-t-elle. Mais, cet homme la subjuguait. Elle s'arrêta de déjeuner et écouta avec attention son histoire.

****************************************

"Totoriflette"

Assis sur sa chaise, Totoriflette écouta le conteur, ses paroles avaient le don d'envouter les personnes présentes, regardant autour de lui, il vit les visages attentifs, plus personne ne parlait. Cette fumée, cette apparition, tout paraissait si étrange, si irréel.

Puis le conteur s'arrêta, les visages restèrent figés, les yeux ne pouvant détourner leurs regards ce conteur qui donnait l'impression d'avoir envouté toute la taverne.

Chacun avait l'air d'attendre la suite

***************************************

"Maneïck"

Manëick entra dans l'auberge de son parrain, et s'installa à la tablée sans faire de bruit. Elle fit un signe de tête et un sourire en guise de salutation et écouta un homme parler. Elle se leva fouilla discrètement dans son sac et sortit ses pinceaux.

Elle laissa son imagination vagabonder, et fit un bord de mer en écoutant et observant tous les visages qui étaient tournés vers l'homme mystérieux qui narrait une histoire....

Lentement son tableau prit forme, elle ne disait mot, mais son pinceau parlait pour elle !

****************************************

"*venussia*"

Vénusia tait subjuguée par ce qu'elle voyait cela lui fit pensé a quelqu'un ,ell se laissa emporter dans l'histoire quand elle s'apperçut que manïeck était intallé à une table entrain de peindre elle n'osa la déranger et continua à écouter le comteur

****************************************

"Alcibiade*"

[i]Alcibiade continua lentement son récit, d'une voix plus sourde ,tout en tirant sur sa pipe qu'il ne quittait apparement que très rarement.
Ils sont pauvres certes, pourtant la veuve savait profiter de tout ce qu'elle trouvait, et sa cabane ...mes amis .. elle savait la tenir !.
Dans leur village ils étaient connus, appreçiés, elle et son beau garçon si courageux et l'entraide ... les villageois savaient ce que c'étaient alors malgré les temps rudes , ils leur offraient parfois du pain où des galettes de blé noir afin de les aider un peu, esperant qu'un jour viendraient des jours meilleurs pour eux.

Alcibiade respira profondement avant de se lever et de soufler une bougie , laissant la taverne dans la quasi pénombre.
La nuit tombait.., le village cessait ces murmures quand la vieille s'endormit dans la cabane sombre.
C'est en plein sommeil que tout commença, avec un rève étrange.. Elle se voyait poursuivant un attelage, mais, pas n'importe lequel, non!... un attelage tiré par deux boeufs blancs et noirs et après une longue poursuite qui la mit hors de souffle, elle parvenait enfin à s'en emparer et à le ramener chez elle.

D'un geste alors il ralluma la bougie en s'aidant d'une autre, la main sure, son regard s'illuminant. Il reprit dune voix plus chaleureuse, en leva le bras en faisant un rond, paume de sa main ouverte .
Le soleil se lève, l'aube arrive et la vieille décide d'aller à la foire de la ville voisine afin d'acheter cette paire de boeufs, mais d"écus, ils n'en avaient guère, et son fils lui fit remarquer. La vieille haussa les épaules devant cette remarque mais tant impressionnée qu'elle était par son rève de la nuit, elle lui dit qu'elle etait sure d'en trouver.
Ils partirent donc tous deux sur le chemin de la ville voisine et quand ils arrivent à la croisée de trois chemins, ils virent un petit homme sortir de sous terre.

Alcibiade regarda les villageois, sourire narquois sur les lèvres s'attardant sur les visages qui l'entouraient avec l'oeil interrogateur.
Croyez vous aux lutins, gnomes où autres créatures de toutes sortes dans ce village ? Car si il en était le contraire, alors, autant que je cesse de suite cette histoire.

Il replaça alors la chaise puis attendit que sur les lévres ou de la tete un oui , même timide vienne s'y dessiner.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Auberge a moulins   Lun 19 Aoû 2013 - 11:41

Conteur a écrit:
"Bettym"

Bettym était captivée par l'histoire qu'elle entendait. Elle imaginait tout ce qu'il disait. Et quand il éteingnit la lumière, elle ne s'en rendit même pas compte tellement elle était prise par ce récit.

Quand elle entendit :
Croyez vous aux lutins, gnomes où autres créatures de toutes sortes dans ce village ? Car si il en était le contraire, alors, autant que je cesse de suite cette histoire.

Elle sursauta. Elle ne comprit pas pourquoi cette question. Son imagination l'avait fait vagabonder et le narrateur, en s'arrêtant brusquement, l'avait fait revenir à la tavene aussi soudainement. Elle regarda autour d'elle et s'aperçut que Maneick était arrivée et qu'elle aussi était tombée sous le charme de récit.

Elle ne peut s'empêcher de dire "Mais bien sûr que l'on y croît !". Tout ce qu'elle voulait, c'était connaître ce qui allait se passer. Même si ce n'était qu'une histoire, pour elle, c'était tout autre. La vie de cette petite famille l'intéressait. Mais pourquoi se sentait-elle autant impressionnée par ce conte ? Etait-ce la voix et les dons de ce conteur pour captiver son auditoire ? Une propension à l'imaginaire ? ou encore la naïveté dont elle faisait preuve bien souvent ? Peu importait... Il fallait à tout prix qu'elle sache la suite !

S'il vous plaît, Sieur, continuez votre histoire ! dit-elle de nouveau.

*****************************************

"arwendell"

OUI continuer s'il vous plait !!!!

Arwendell ne savait plus trop ou elle etai tellement elle etai absorber dans l'histoire elle n'esperer qu'une chose c'est que la conteur continu cette histoire.

Elle etai impatiente et a la fois curieuse de savoir la suite

Elle attendit patiement que les autres manifestent leur accord.

*****************************************

"Totoriflette"

Totoriflette vit dame Maneïck arriver dans la taverne, et lui faire signe de la tête, il lui répondit par un sourire ne voulant interrompre le conteur.

Losrque celui-ci parla de lutin, de gnomes et autres créatures étranges, Totoriflette eut un sourire, ce rémémorant de merveilleux souvenirs, et se demadnant ce qu'ils avaient bien pu devenir, comme la nounou d'ailleurs, partis comme ils étaient arriver, rendre service à d'autre. Mais il ne pût s'empecher de répondre

Bien sur que j'y crois, pour les avoir vu oeuvrer dans mes champs

Il vit alors des regards se poser sur lui, allait on le prendre pour un fou Laughing

Il vit alors le conterur scruter chaque personne d'un regard profond comme si il esayait de connaitre leurs pensées profondes et secretes. Et tous nous le regardions, attendant qu'il reprenne son histoire

*****************************************

"Ventino"

Ventino se rendit à l' auberge de Toto, chez " Cristofle et Léonie ". Une faible lueur s' échappait de la taverne, Ventino se demanda se qui s' y passait.

Il eut un sursaut en entrant à la vue d' un visage éclairé par la flamme d' une bougie. Manëick, Vénussia, Arwendell, Bettym étaient présents ainsi que Toto derrière son comptoir.

Il alla vers le comptoir pour les saluer. Mais ils ne réagirent presque même pas, leurs regards étaient attirés vers l' homme. Ventino demanda à Toto une hydromel qui lui en servit une sans dire mot.

Euh. . . Merci bien.

Chut ! lui souffla Bettym.

D' accord. . .

Ventino s' assit et se mit à regarder l' homme qui reprit la parole. Il commença à raconter une histoire qui avait déjà commencé avant que Ventino arrive.

La façon dont il contait était envoutante. On ne pouvait plus détacher les yeux du visage de cette homme, tantôt souriant, tantôt effrayant, tantôt impénétrable.

De plus l' histoire était intéressante et Ventino se sentait emporté à l' intérieur. Il avait l' impression de quitter Moulins à chaque parole de l' homme et de s' envoler vers le lieu où se déroulait l' histoire.

Il sentait le vent frais de l' ouest Francois qui venait effleurer son visage depuis les falaises où les nuages gris dominaient la mer agitée. Il imaginait la vieille femme dont parlait l' homme en train de parler à son jeune fils de son envie d' acquérir des boeufs. Il voyait les deux pauvres gens marcher sur les chemins.

Et il entendit tout à coup la voix de l' homme qui avait changée de ton et qui s' adressait aux personnes présentes dans la taverne. Cela le tira de ses rêves.

Croyez vous aux lutins, gnomes où autres créatures de toutes sortes dans ce village ? Car si il en était le contraire, alors, autant que je cesse de suite cette histoire.

Ventino ne fut pas surpris de cette question. Les conteurs avaient l' habitude de faire durer l' attente des spectateurs. Il entendit Bettym répondre :

Mais bien sûr que l'on y croît !

Puis Arwendell répondit à son tour :

OUI continuer s'il vous plait !!!!

Toto prit ensuite lui aussi le temps de répondre à la question :

Bien sur que j'y crois, pour les avoir vu oeuvrer dans mes champs

Ventino ne savait pas si Bettym et Arwendell croyait vraiment à cela. Mais une chose est sure, lui, il y croyait. Il était persuadé que des dizaines de créatures fantastiques vivaient dans les forêts, dans les lacs, . . .

Il répondit simplement, écoutant son coeur :

Oui je crois à cela. . .

Puis il attendit d' autres manifestations de l' auditoire ou bien du conteur.

*****************************************

"Alcibiade*"

Alcibiade reprit sa chaise s' y tassa un peu plus, prit sa pipe en main, le regard reveur, le sourire malin et regarda tous ces villageois qui semblait n'attendre qu'une chose, la suite de son reçit.
Alors je dois vous le dire, ce petit homme n'est pas comme vous et moi , oh non, c'est un korrigan ... Ces petits ètres qui ne sont pas gâtés par la nature, malingres, ridés,noirs, poilus avec d'immenses oreilles. De plus, ils sentent mauvais, mais, il ne faut pas se fier aux apparences, car ils sont capables de grande gentillesse, cependant que si vous deviez gouter à leur vengeance, il me faut vous prévenir qu'elle peut être des plus terrible et vous pouriez vous retrouver en enfer où dans une prison sous terre sans espoir de délivrance.
Ne vous effrayez pas, car même si on leur atribue les ronds de sorcières qu'on peut trouver dans les sous bois où sur les prés, ces cercles ne sont là que pour qu'ils y dansent quand la nuit vient tomber, peut etre même , une nuit pouriez vous en croiser...

Voilà donc ce qui virent la veuve et son fils, cependant ils n'eurent aucune peur et quand le Korrigan leur demanda où ils allaient ainsi, ils leur repondirent qu'ils allaient à la foire acheter des boeufs alors qu'ils n'avaient pas un écus.
Le Korrigan leur fit signe de le suivre en leur montrant le trou sous terre et leur assura que si ils savaient y faire, alors ils ne manqueraient plus jamais de rien.

Que fit la vieille, à votre avis ?
Bien sur qu'elle le suivire !!, pensez vous .. ne manquer de rien, une telle aubaine ne se refuse pas, surtout lorsque l'on manque de tout !!

La vieille et son fils, entrerent dans ce trou caché au milieu des buissons et même si ce trou paraissait bien trop petit, quand ils descendirent ils furent surpris de le faire sans aucune gêne. Leur surprise alla en s'accroisant quand ils se retrouverent dans une petite maison pas plus grande qu'un sabot de bois , une maison remplie d'enfants.
Le père des korrigans était sur le point de mourir et on leur demanda de trouver un remède ainsi ils seraient grandement récompensés.
La veuve se mit à réfléchir puis ordonna qu'on aille lui chercher des herbes. Les nombreux korrigans sortirent et revinrent rapidement avec les herbes quémandées. La veuve fit boire les tisanes au mourant pendant trois jours, pourtant elle avait l'impression de n'etre là que depuis trois heures et père fut bientôt guéri. Il leur demanda alors de le suivre, lui et sa femme ainsi il leur donnerai une maison et tout ce qu'il faut pour vivre.
Ils arrivèrent à un grand bois dont les arbres n'avaient pas été élagués depuis bien longtemps. Le korrigan se dirigea vers une grosse pierre que, malgré sa petite taille, il souleva sans difficulté. Il y avait là un trou, très profond, mais très étroit, comme celui que la veuve et son fils avaient emprunté pour aller chez les korrigans. Le petit homme leur demanda d'y pénétrer.

Ils descendirent et furent bien étonnés de ce qu'ils voyaient : il y avait là une grande maison, avec de beaux meubles et de la vaisselle abondante, et de bons lits avec des couvertures. Par la fenêtre, on voyait une prairie bien verte, avec des vaches et des boeufs qui paissaient.

- Tout cela est à vous, dit le père des korrigans. Vous mérité puisque vous m'avez sauvé la vie. Mais je dois vous avertir qu'un grave danger vous menace. Dans huit jours, quelqu'un viendra ici. C'est mon père. Il est vieux et très méchant.




Alcibiade s'arreta à nouveau un instant .
Peut t-on me servir une tisane également, non pas que je sois malade, certes non, mais j'ai la gorge qui s'asséche ...
Il fit un immense sourire qui dévoila ses gencives édentées.

***********************************************

"Gawel2"

Gawel2 avança dans cette taverne déjà comble, il se fraya un chemin jusqu'à son amour en saluant ses amis déjà présents et surtout Toto pour cette splendide taverne. Puis il s'installa serré contre son ange à observer le spectacle

***********************************************

"*venussia*"

Venussia écoutait attentivement l'histoire quand le comteur s'arréta pour demander une tisane

Je vois la ramène de suite messir
Vénussia prépara vite une bonne tisane au comteur ell allait lui apporter quand elle vit entrer le maire sans chercher a savoir le connaissant un peut, elle remplit une choppe de bonne biere Moulinoise qu'elle deposa devant Gawel au passage
Vénussia posa la tisane pret du comteur et retourna vite à son comptoir pour entendre la suite

*********************************************

"Bettym"

Bettym, tellement attentive aux paroles du conteur, sursauta quand son prince arriva à ses côtés. Un sourire illumina son visage et elle l'embrassa pour l'accueillir.

Elle était heureuse qu'il ait pu se libérer pour ce moment si agréable.

Bonjour toi ! Tu vas bien ? Regarde et écoute... tu vas voir comme c'est magique !

Venussia arriva avec une chopine de bière qu'elle posa devant Gawel et apporta la tisane au relateur afin qu'il puisse se désaltérer. Elle avait hâte qu'il poursuive cette histoire.

*********************************************

"Ventino"

Ventino écoutait attentivement l' histoire du conteur. Cette légende le fascinait ! Il vit Gawel entrer dans la taverne et alla le saluer. Puis celui-ci alla avec Bettym.

Vénussia apporta une tisane au conteur, à sa demande. Celui-ci la but avec grande soif. Après cette petite pause, le silence se fit. Chacun regardait le conteur boir sa tisane et attendait qu' il reprenne son récit.

********************************************

"Totoriflette"

Totoriflette vi entrer Ventino, suivit de pret par Monsieur le Maire, la taverne était bien remplie, cela lui fit plaisir. Ce conteur était merveilleux il savait tenir la salle en haleine. Cela lui fit penser qu'il faudrait plus souvent mettre des animations ainsi, cela permettrai de faire revivre le village.

Il vit alors se précipiter Venussia et déposer la tisane au conteur, et constata qu'il faudrait attendre qu'il ait finit sa tisane pour avoir la suite de l'histoire.

Il en profita pour se lever, aller dans la resèrve, et revenir avec un petit tonneau de Calva de son amie Ondine, il se mit alors à servir des verres à tout les personnes présentes et un aussi au conteur.

Il leur dit alors
Pour nous faire patienter jusqu'à la reprise un petit verre de Calva, provenance directe de Normandie

Il se mit alors assis et dégusta son verre en attentant que le spectacle reprenne

******************************************

"Ventino"

Ventino et les autres contemplaient le conteur buvant sa tisane. Totoriflette alla chercher dans sa réserve un tonneau qui, à ses dires, contenait du calva.

Il en distribua à toutes les personnes présentes qui attendaient la suite de l' histoire. Toto remplit le verre de Ventino.

Merci Toto ! C' est une exellente idée ! ^^ :wink:

Ventino but une gorgée de calva.

Il est délicieux ce calva !

Ventino but une seconde gorgée et continua à contempler l' homme qui buvait sa tisane et dont le visage était impénétrable.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Auberge a moulins   Lun 19 Aoû 2013 - 11:42

Conteur a écrit:
"Bettym"

Alors que le conteur sirotait sa tisane bouillante, Toto se faufila jusqu'à sa réserve et revint avec une bouteille. Toto servit un verre à la tablée...

Pour nous faire patienter jusqu'à la reprise un petit verre de Calva, provenance directe de Normandie

Pour nous tenir en haleine, cet homme savait y faire ! pensa-t-elle.

Merci bien Toto. Elle porta le verre à ces lèvres, prit une gorgée et manqua de s'étouffer. Laughing C'est bon mais qu'est-ce que c'est fort ! dit-elle entre deux toux.

Après être remise de ses émotions, elle se serra contre son prince et attendit que le fabuliste continue son récit.

*****************************************

"arwendell"

Arwendell sursauta quand Toto lui apporta le verre de calvas elle se rendit compte que Gawel et Ventino etaient arrivés dans la taverne tellement cette histoire la fasciner.

Bnojour Gawel et Ventino chuchotat elle.

Elle regarda de nouveau le conteur boire sa tisane ,elle etai si impatiente qu'il continu cette histoire la fascinée.

****************************************

"Alcibiade*"

Alcibiade but très lentement sa tisane, soufflant dessus pour ne point se bruler, quand soudain son regard endurçit se posa sur les villageois, ses yeux devinrent froid, et sa voix rocailleuse quand il reprit en levant son index qui ballayait l'air en signe de mefiance.

Méchant ? Pire que cela.. car si la veuve et le fils restaient dans cette si belle maison, c'est la mort qui les attendaient.. Le vieux les tueraient après avoir prononçé contre eux toutes sortes de malédictions .. Les korrigans peuvent etre terribles, souvenez vous en quand vous les croiserez...
Mais le père des korrigans avait une dette envers eux, alors ?


Alcibiade fit revenir un sourire sur ses levres, hocha la tete comme pour dire oui, reposa ses coudes sur ses genoux en continuant plus chaleureusement.

Bien sur qu'il allait les aider, il ne pouvait faire autrement.. mais il leur dit simplement comment s'y prendre, à eux ensuite de faire en sorte que tout aille pour le mieu, et le vieux possedait des armes... un revolver à sept coups et un enorme couteau avec une lame si bien aiguissée qu'elle couperaient leurs tetes en un instant !!

La vieille et le fils écouterent les conseils du père et comprirent bien vite que dans huit jours, leurs vies seraient en jeu.
Cependant ils resterent dans cette si belle maison, quand à la huitième nuit ils entendirent un grand bruit et commencerent à trembler.


Alcibiade se leva d'un bond, renversa quelques tasses en frappant de son poing sur la table et continua d'un voix colereuse:

Je vous vois, vous êtes à moi !!


Le vieux venait d'arriver, il jurait et pestait, retournant tout sur son passage en les poursuivant l'un et l'autre..

****************************************

"arwendell"

Arwendell sursauta sur sa chaise en plein millieu de l'histoire quand le conteur cria soudainement.

Elle manqua se retrouver par terre tellement cela l'avait surprise.

Elle avait peur,ce conteur pouvais prendre tous les intonnations qu'il voulais en si peu de temps que cela ne la rassurai pas du tout.

Elle se rassit sur sa chaise le plus confortablement possible but un gorgée d'eau car tout a coup elle avit la gorge seche et se tena a la chaise prete a entendre la suite.

*****************************************

"Bettym"

Alors que le conteur sirotait sa tisane, Bettym regardait son prince amoureusement. Lorsque la voix du narrateur se fit entendre, elle eut un soubressaut et considéra l'homme qui dévisageait les personnes présentes en taverne d'un oeil noir. Un frisson lui parcourut l'échine. Elle se serra plus près de son amour comme pour se protéger de ces yeux si pénétrants. :?

Puis le récit reprit son cours normal... Bettym se détentit et desserra son étreinte. Elle reprit une gorgée de Calva et écouta avec attention. Smile

Et d'un coup, le ton se transforma en colère :

Je vous vois, vous êtes à moi !!

Au même moment, l'homme se leva d'un bond, frappa la table en faisant valdinguer les quelques tasses devant lui. Bettym ne put réprimer un cri de frayeur et recula. Shocked Elle se sentait de plus en plus mal à l'aise. Elle avait l'impression qu'il lui parlait. :?

*****************************************

"Totoriflette"

Le conteur reprit enfin, chacun était de nouveau attentif, et il n'y avait plus que la voix rocailleuse qui retentissait dans la taverne. Quand les yeux du conteur se posèrent sur Totoriflette, il frisonna, ce regard était glacial.

Puis tel le glas, ces mots retentirent

Je vous vois, vous êtes à moi !!
Beaucoup sursautèrent, la peur se lut sur certain visage, Totoriflette se demanda un instant,

N'est-ce pas un sorcier, plutot qu'un conteur ...

Il prit alors son verre de calva et le bu d'un trait, reprit ses esprits, et attendit la suite du récit

*****************************************

"Maneïck"

Manëick finissait son deuxième tableau, ou ils sortaient du trou dans la forêt, et sursauta lachant son pinceau plein de peinture.

Un revolver à sept coups qu'est-ce donc cette diablerie, elle n'avait jamais entendu parler d'un outil pareil....

Elle regarda le vieux septique et commença a avoir peur ! Son parrain paraissait mal à l'aise aussi...

Et si c'était le diable en personne qui était là sous notre nez !

Elle en était là dans ses réflexions.... Attendant la suite avec le ventre noué par l'appréhension
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Auberge a moulins   Lun 19 Aoû 2013 - 11:45

Conteur a écrit:
"Alcibiade*"

Alcibiade vint en un éclair se poster devant la table , son visage rivé sur la fenètre, la lueur au fond de ses yeux reflétant la peur de la vieille, il continua d'un ton précipité :

Ils se souvinrent des conseils du père, la veuve devait se placer au pied du lit et son fils en dessous de celui çi. C 'est ce qu'ils firent le coeur battant à tout rompre !


Alcibiade porta sa main gauche à sa taille, sortit lentement son long couteau , le leva et sa lame se mit à briller sous la faible lumière des bougies.
Un couteau........ mais aussi .. un révolver, et pas n'importe lequel, un à sept coups ! ! !
Un instrument du diable, un instrument mortel qui vous fait passer de vie à trépas en un instant, vous couvrant de sang , pire qu'une couleuvrine qui fait pourtant tant de dégat !!

Le vieux commença à tirer sur la vieille avec son révolver, mais la veuve se jeta à terre comme il lui avait été dit, et elle ne fut point atteinte. Alors le vieux korrigan se précipita sur elle , son couteau presque aussi grand que lui à la main , c'est à ce moment que le fils sortit du lit, se jeta sur lui et d'un geste rageur, lui coupa la tète !!


Alcibiade planta son couteau sur la table, la lame se mit à vibrer sous cet effet, son regard sombre s'illumina doucement quand il scruta toutes les tétes qui l'entouraient et un sourire édenté vint se poser sur ses lèvres, il se mit alors à sauter allegrement d'une jambe à l'autre, tournant sur lui même, levant les bras au ciel.



Il est mort !! le barbare.... le cruel qui nous tyrannisait !! Nous allons faire la fête , nous danserons, et planterons un arbre en signe de notre liberté .


Telle était la joie de la centaine de korrigans qui venaient d'arriver en grand nombre afin de constater la mort du vieux.



Alcibiade vint se rassoir,
sortit son pipeau de sa besace, le posa un instant sur ses lèvres en souriant, observa de ses yeux plus malicieux que jamais, les spectateurs puis termina ainsi son récit:


Que croyez vous qu'ils leur soient arrivé ensuite ?
L'ont ils gagné cette maison ? Ont ils merité de ne manquer de rien ?
Ont ils eu droit à cette merveilleuse récompense ?

Mais oui, bien sur !!
Et si par le plus grand des hasards, vos chausses vous portent jusqu'aux galets, là bas, loin vers l'ouest .. alors... peut etre le trouverez vous ce magnifique arbre qui se dresse haut et fort ... un rond de sorcière s'étant invité tout autour , là ou tous les soirs dansent les korrigans...

Il souffla alors dans son pipeau , les yeux si rieur que l'on aurait pu y voir danser mille etoiles representant tous les korrigans, ses pieds tappant le sol suivant la cadence endiablée de son instrument.
Enfin il termina sa tisane, quémenda un petit verre de calva qu'il prit le temps de déguster tout en se demandant si les villageois présents étaient prets à entendre autre chose.

*****************************************

"*venussia*"

Vénussia avait écuté l'histoire vivant chaque minutes comme si elle y était ,le comteur l'avait emmené loin de la taverne durant son histoire quand l'histoire fut terminer Vénussia se servit un grand verr de Biere qu'elle dégusta derriere le comptoir attendant que chacun sorte de ce comte et retourne à la réalité

*****************************************

"Totoriflette"

Totoriflette avait écouté l'histoire jusque bout, ne perdant pas une miette que ce conterur racontait si bien, quand il eut fini, il se leva en souriant et frappa dans ses mains, le regardant et le remerciant d'un signe de la tête.

Il prit alors son petit tonneau de calva et alla lui servir un verre, en lui disant

Mon ami, si je peux me permettre cette familiarité, vous serez toujours le bienvenu en ces lieux.

Puis il regarda autour de lui tous les visages et ajouta

Vous avez je crois ravi tous nos villageois, qui je pense en demande encore

Puis il se servit également un petit verre de calva et le degusta tranquillement

*****************************************

"Bettym"

Bettym écoutait la moindre des paroles du conteur. Elle était comme hypnotisée par cette voix.

Lorsqu'il sortit le couteau et qu'elle le vit briller à la lueur de la bougie, son coeur se mit à battre très fort. Oh non ! pensa-t-elle. C'est un piège ! Il a l'intention de tuer quelqu'un ! Mais la peur et le malaise, qu'elle ressentait, la tétanisaient. Elle ne put rien faire que fermer les yeux en espérant que ce n'était que son imagination qui lui jouait des tours.

Et c'était le cas... le narrateur continua son histoire dont le dénouement fut tel qu'elle l'avait souhaité en son for intérieur. Alors qu'il terminait ce récit par un morceau de flute enivrant, elle se leva et applaudit.

Bravo cher Conteur ! Vous êtes un magicien des mots... Et merci pour cette belle histoire. J'espère que vous nous enchanterez encore souvent.

*****************************************

"Ventino"

Ventino avait écouté toute l' histoire. Il s' était même mis à danser lors du morceau de pipeau. Quand le conte fut terminé, il se leva et applaudit :

Bravo M. le Conteur ! Cette histoire est magnifique ! Vous nous avez emporté très loin !

***************************************

"Alcibiade*"

Alcibiade remercia d'un signe de téte l'homme qui lui servit le calva, puis leva les sourcils interrogateurs vers l'assemblée.
Voudriez vous entendre une autre histoire ? une histoire qui pourrait bien vous plaire puisqu'elle parle de moulins.

Il continua en faisant un immense sourire, qui s'effaça aussi soudainement pour laisser la place à un air songeur.

Non pas de ce village ! , certes non !!, quoique.. je suppose qu'il y ai fort à dire
Par exemple sur les amoureux transits qui se voient rarement...
où les peines de coeur, les enfants perdus, les anges déchus , voire même des faces cachés obscurs....



Alcibiade regarda tour a tour les visages afin de savoir si il avait deviné juste mais son intuition lui disait qu'il pensait vrai. Aussi, il préféra se taire, et attendre de savoir si ceux qui l'entouraient étaient prets à écouter un autre récit.

**************************************

"*venussia*"

En écoutant le comteur parler Vénussia se demanda s'il n'etait que comteur ou peut même un peut sorcier pour pénétrer dans l'ame des villigeois comme ça cet homme l'intriguais enormement mais ses histoires étaient si belles que Vénus assise dans son coin espèrait bien qu'il leur raconte cette histoire de moulins

**************************************

"Totoriflette"

Totoriflette regarda le conteur, il avait à peine regarder son verre de calva, et maintenant scutait l'assemblée présente.

Son regard semblait percer les esprits, Totoriflette eut l'impression qu'il lisait dans l'ame des villageois comme on lit un livre. Cela le mit mal à l'aise, il se resservit un verre et alors qu'il le portait à la bouche, il s'arréta et, entendant le conteur parler à nouveau.

Parler de Moulins, de nos propres histoires, comment cela serait il possible, lisait il vraiment en nous, se demanda Totoriflette

Il frisonna, et but son verre d'un trait, se demandant que serait la suite du récit

Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Auberge a moulins   

Revenir en haut Aller en bas
 
Auberge a moulins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Chaudron Baveur (Auberge)
» L'auberge de la chatte ronronante
» L'auberge du Joyeux luron (PV)
» L'Auberge du Dùnadan Clairvoyant [ Lieu public ]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Role Play :: Archives de Rps :: Alcibiade-
Sauter vers: