Le Role Play


 
AccueilConnexionS'enregistrer

Partagez | 
 

  Rp L'auberge du peuple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 10:56

Melisande a écrit:
La rumeur...

La rumeur. Celle qui s'insinue; perfide; sinueuse; sourde et confuse puis grondante, menaçante.
La rumeur. Celle qui monte doucement tel un serpent qui s'immisce dans les âmes, qui s'imprègne du vrai, du faux arrondissant a sa guise pour donner dans le tangible.
La rumeur et sa morsure finale, brillante comme l'éclat de l'or, mordante comme le tranchant de l'épée, acéré pour celui ou celle qu'il" torture ".
La rumeur... Celle qui peut anéantir une vie où lui redonner splendeur.

La rumeur...


Melisande l'avait entendu, mais voulait s'en persuader par elle même.

Était ce possible qu'ici même, en cette ville, un "Maure " avait franchi le seuil d'une auberge ?
Était ce possible qu'un " Sarrasin" soit entré sans qu'aucun garde, sans que le Duc, sans que l'inquisition ne lève le moindre doigt ?
Était ce possible que, de surplus, ce lieu soit tenu par un païen de la pire espèce, un de ceux qui vit dans le péché, loin du mariage, loin des principes fondamentaux d'Aristote et que ce "suppôt de Satan" ai conçu un enfant en toute illégalité ?

On le disait avec un seul bras, et Melisande y voyait bien là, la main du vilain. Pas de doute, si tel était le cas, ce démon avait donné son bras au malin afin de lui prouver sa fidélité.
Le feu...
ne restait que le feu pour anéantir " ce tentateur". Seules les flammes en viendraient à bout, et elle était prête à lancer le brasier purgatorial de sa propre main.

Cependant, était ce vraiment possible que l'Église ferme les yeux à ce point ?


Elle ne pouvait y croire, elle ne voulait y croire, mais elle avait déjà vu bien pire, vu et même vécu, pour savoir que cela pouvait être plus que vérité.


Passer cette porte ? L'ouvrir ? Demander ? Questionner ? Ou simplement, espionner..
Tant de questions qu'alors elle se pose, pendant que son âme entière crie à la purification de Chinon et que ses mains poussent la lourde porte de chêne.
Au dessus, des étranges motifs qu'elle compare rapidement aux yeux du malin qui la sait à présent entre ses murs.
Melisande tremble, son chapelet est venu rejoindre sa main dextre pendant que sa sénestre pointe un crucifix devant elle. Non! le malin ne la touchera pas ! le malin la fuira !
Il lui suffit de deux pas pour la plonger dans une atmosphère étouffante qu'il lui conforte son apprehension. Les enfers l'enferment, elle est en son antre, le vilain demeure bien en ces lieux.

Rien à faire des regards hagards qui se posent sur elle, car ce qu'elle voit, ce qu'elle voit...
Sur ce mur, à deux pas du bucher où pour faire surement bonne figure une marmite bouillonne et embaume -la marmite du diable, aucun doute pour elle - sur ce même mur donc... un parchemin, mais surtout ce qu'il représente... Satan en personne ! Satan et ses cornes ! Le diable sur écrin ! Le diable adoré en ce lieux qui en devient maudit ! Et sur ce portrait encornée, des traces, de vulgaires amas qui ressemblent a s'en meprendre a des baisers volés !
Jeter rapidement des œillades alentours! Rechercher les bougies ! l'autel ! que le perfide taulier doit cacher en journée ! Puis enfin poser un regard venimeux sur le manchot qui sourit enjoleur, et alors, brandir encore plus le crucifix en criant :


Vadé Rétro Satanas ! Sors de ce corps ! Fuis cette terre où meurt dans les flammes !
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 10:57

Lily-es a écrit:
Lily munie du joli vase fourni par Toto était remontée dans sa chambre pour y mettre les fleurs des champs qu'elle avait cueillie dans l'après midi.
Cette touche de couleur mettait de la vie dans cette pièce où elle se sentait bien...à l'abri et un peu protégée...un peu chez elle, elle qui n'en n'avait pas.
Etant restée quelques instants à admirer ses fleurs qui répandaient leurs doux parfums, Lily décida d'aller faire un tour pour rencontrer peut-être les quelques personnes qu'elle connaissait à Chinon.
Ouvrant la porte, elle entendit un cri et des sons inaudibles


Melisande a écrit:

Vadé Rétro Satanas ! Sors de ce corps ! Fuis cette terre où meurt dans les flammes !
Elle descendit rapidement l'escalier pour se trouver nez à nez avec une drôle de personne...  une femme qui tenait un crucifix à deux mains et hurlait " Vade rétro Satanas"

A la limite du fou rire et malgré tout un peu circonspecte, Lily s'approcha et se montra :


- Que vous arrive-t-il Gente Dame ???? Vous avez vu Satan en personne ??? Où dites moi ??? pas ici toujours... J'aimerais bien le rencontrer moi aussi.... je lui dirais deux trois mots sur les misères qu'il fait endurer au peuple ici bas...(d'ailleurs à son copain d'en haut... c'est pareil!!)

La femme lui faisait un peu peur tout de même aussi elle se protégea en ce mettant derrière le comptoir...
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:01

Totoriflette_le_vrai a écrit:
Lily avait l’air heureuse avec ce vase, certes il n’était point de valeur, simplement décoré mais pour sur il agrémenterait sa chambre, et les fleurs présentes donneraient sûrement un parfum agréable. Mais l’heure n’était point à des rêveries champêtres, aussi s’attela t’il aux papiers administratifs.

Affairé à comptabiliser sa recette de la semaine, le nez plongé dans son registre, assez content de lui vu les piécettes réunis, qu’un sourire éclaira son visage, quand il entendit une voix retentir



Vadé Rétro Satanas ! Sors de ce corps ! Fuis cette terre où meurt dans les flammes !

Il leva brusquement la tête, entendant alors son cou craquer tant le mouvement fût rapide, fixa la dame, regardant autour de lui, ne sachant a qui elle s’adressait quoique son regard… il sentait bien que cela lui était destiné…

Il se leva alors, fit quelques pas vers la personne, voyant son crucifix devant elle, l’air presque menaçant, il eut, il faut bien l’avouer, un frisson qui lui parcourut l’échine. Quand Lily réapparut, s’en approcha, et lui parla… il s’interrogea sur le que faire, jamais depuis qu’il tenait des auberges il n’avait rencontrer cela… Il se regarda alors, pensant que rien n’en lui n’était endiablé sauf peut-être les nuits avec sa fiancée, mais cela ne méritait point les flammes pour autant.


Posant la main sur le comptoir, la regardant laissant Lily lui parler et ajoutant à son tour

Quoi ! Quoi ! Vous voulez une chambre c’est ça ? Et vous voulez payer avec ce crucifix… ?


Il fixa alors le crucifix, se demandant quelle valeur il pouvait valoir. Il préférait tenter de calmer la dame, car sa vie était bien loin d'une vie modèle, il le savait, il ne voulait pas que son passé soit trop connu en ce lieu
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:03

Lily-es a écrit:


Posant la main sur le comptoir, la regardant laissant Lily lui parler et ajoutant à son tour

Quoi ! Quoi ! Vous voulez une chambre c’est ça ? Et vous voulez payer avec ce crucifix… ?


Lily soupira en entendant Toto réagir car elle ne l'avait pas vu en descendant.
Certes elle jouait un peu la bravache, mais les gens qui semblaient illuminés lui faisait toujours un peu peur...Elle en avait tant vu de massacres inutiles pour des causes douteuses ou détournées.. qu'elle ne voulait pas revoir ces scènes.

Lily fut un peu surprise par le calme affiché par Toto. Après tout c'était sans doute la bonne méthode.

Elle regarda plus attentivement la Dame et son crucifix. Cette personne brandissait cet objet vers Toto...et c'est bien à lui qu'elle s'adressait. Pour quelles raisons agissait-elle ainsi ???? Lily imaginait bien évidement que son ami n'était pas un saint ...qui pouvait se prétendre un saint????.. Mais un démon...tout de même...L'imaginer avec des cornes et une barbiche noire l'amusa un peu...

Mais elle se tint coite... Toto semblait maîtriser la situation.... et puis elle n'était qu'une voyageuse et son intervention pourrait être mal perçue.

Mais elle se garda malgré tout l'oeil sur cette personne afin de pouvoir intervenir selon ses pauvres moyens.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:04

Melisande a écrit:
Chaleur écrasante dans ce gourbis, chandelles illuminant l'antre de l’impie, les alliés du fourbe sortent de l'ombre et dévalent l'escalier aussi rapidement que des rats le fuiraient...

Mélisande tourne rapidement la tête pour y voir…. une succube en personne !
Se servant de Diablesses pour attirer les pauvres êtres perdus qui vendraient leur âme contre une once de bonheur en ce bas monde... le tentateur pervertit déjà Chinon. La Diablesse fait preuve de bravache quand, de sa langue fourchue, elle entame son sempiternel leitmotiv du : « ce n’est pas moi, je n’en suis pas, vous vous trompez… » le tout enjôlé de quelques bonnes tournures polies afin de tromper quiconque. Hélas pour elle, elle fuit ce crucifix et ses gestes la trahissent quand elle retourne bien vite dans les abysses sombres que lui offre le comptoir.

Plus aucun doute sur ce lieu. Promesse mentale : la demeure du Malin ne survivra pas un jour de plus.


Les deux pupilles de la brune se rétrécissent alors à demi. Ses pieds, qu’elle voulait ferme, la trahissent cependant. La peur de l’échec la saisit à l’instant même où elle ne doit pas fléchir, et devant ce serpent visqueux qui s’avance, voila qu’elle recule. Son souffle de plus en plus rapide, sa sénestre brandissant toujours son crucifix, passe à tour de rôle et d'une rapidité déconcertante du Malin qui s’avance à la Diablesse qui s’enfuit. Son buste suit le mouvement, tout autant que son visage qui se referme de plus en plus à l'en rendre insupportablement rogue. Ne pas se trahir malgré tout. Tenter de calmer les tremblements qui montent de plus en plus dans ce bras tendus et surtout, surtout, ne pas regarder la prunelle de leurs yeux respectifs qui changent à la lueur des flammes dansantes de l'âtre - étranges lumières inconnues et douteuses, capable de revigorer plus que certainement quelques morts, capable de changer votre âme, de lui faire traverser ce pont qui vous conduit sur l’autre rive, qui vous conduit vers la noirceur, qui vous mène droit à Lui… Méli. sait le Diable perfide et sournois.
S’attendre à ce que gronde le tonnerre, que les enfers se mêlent de la partie, que l’obscurité totale les envahisse, que la nuit s’invite en plein jour.

Mais l’impie prend parole à son tour, dévoilant ainsi toute sa mesquinerie dans ses simples mots : Une chambre pour elle..
Voilà qui serait dire Amen à sa fourberie, dire Amen au Vilain, or pour l’avoir côtoyé intimement par le passé, elle en connait suffisamment sur ses subterfuges et le voit à présent tel qu’il est, un être retors ; papelard ; venimeux quelque soit la bonhomie qu’il usurpe.
Ne pas l’écouter. Toutefois remarquer qu’il ne détourne point son regard de la précieuse croix qu’elle brandit tel un bouclier. Alors se maudire d’avoir oublier l’eau bénite afin de ne pouvoir l’en asperger mais marmonner quelques phrases latines dites de plus en plus fort :



    Satanas, dĭăbŏlus, libero as nemo des possum improbus..
    Satanas Vilium, Miserus dĭăbŏlus, ne ipsu inducas in tentationem !
    Deum, Adoratum Deum, Patrem omnipotentem, factorem caeli et terrae, Adjuvutum animae leprōsus !


Puis tout en retrouvant une certaine assurance du à la transe dans laquelle elle se trouvait, elle enchaîne d’une voix fielleuse en s’avançant menaçante vers l’impie, le pire des deux , elle le sait que trop:


    Sale bête démoniaque.. Misérable vermine…Serpent visqueux fondu dans cette chair…abandonne cette âme que nous ne saurions te laisser ! Retourne dans les profondeurs abyssales ! Non ! Tu ne resteras pas plus en ce lieu ! Tu ne nous fais pas peur ! Tu n’es rien, plus rien ! Regarde l’offrande qu’il va faire ! Regarde le sacrifice de sa chair, de son sang, vois ce qu’il s’apprête à faire pour retrouver la fraîcheur de l’air libre !

    Toi Dieu, Dieu tout puissant, purifie cet esprit devenu damné, redonnes lui l'innocence de l'enfant ! Et accepte l’offrande qu’il te fait afin d’expier ce mal qui le ronge, acceptes ce bras qu’il lui reste et qu’il t’offre pieusement pour te prouver son amour pour toi ! Prends pitié de lui, prends la chair de sa chair par qui lui viennent tout ses maux !


Le visage blême, le corps parcouru de frissons, Méli avance en implorant, sur de son bon droit, armé de son crucifix qu’elle a bien l’intention d’abattre sur le bras de l’impie, certaine qu’Aristote l’aidera dans cette nouvelle épreuve, comme jadis il l’eut fait et qu’il lui suffit de le toucher pour le voir s’enflammer faisant ainsi sortir le Malin de ce corps.
A présent à hauteur du « démonique animal », Meli lève son bras, les yeux ténébreux et tout en hurlant une fois de plus :


Vadé rétro Satanas !

Son bras armé de son improbable arme s’abaisse apocalyptiquement.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:05

Totoriflette_le_vrai a écrit:
Fixant toujours ce crucifix, tout en entendant des mots, mots qui lui rappelaient ses cours de latin, une chance pour lui d’avoir étudier cette langue, il pouvait alors comprendre certains de ces mots, levant les sourcils de plus en plus reconnaissant, Satan, diable libère cette âme de ses possessions, ne nous soumets pas à la tentation, Il était interpellé par ses mots, se demandant ce qui se passait sur le moment. L’église aurait elle dépêchée un de ses sbires, pour vérifier la véracité de ses dires pour l’annulation de mariage, ou alors, cette demeure qu’il avait réhabilité avait-elle en son temps, adorée le diable…. Nul ne le savait mais une chose était sure, il ne pouvait laisser cette femme, détruire la réputation de son auberge, non !

Elle se faisait encore plus menaçante, s’avançant plus encore, il cria


Pourquoi me purifier, pourquoi, jamais je n’ai fait quoique ce soit,

Puis se redressant en entendant qu’il allait offrir son second bras, sa tête bougeant de gauche à droite, la colère montant doucement en lui, oh pour sur que non, un bras amputé suffisait à le diminuer aux yeux de certains alors …

Son bras valide attrapa le poignet de la dame le serrant, puis lançant sur une voix ferme


Lily, allez prendre un broc d’eau, et calmez cette hystérique

Regard rapide vers la trappe menant à la cave, réfléchir vite, très vite, il ne faudrait pas qu’un autre client assiste à cette scène, car sa réputation serait alors rapide, et les rumeurs iraient encore bon train.

Il maintenait fermement son poignet pensant qu’ainsi déjà elle lâcherait sa croix menaçante


Vous allez vous calmer maintenant, ou dans la cave vous allez finir…

Le disant, il pensa que cela serait une bonne solution, qui lui voulait du mal, qui aurait osé s’attaquer ainsi à lui, qui… pour sur qu’il allait la garder, et l’interroger au frais dans la cave.

Lily, ouvrez la trappe ensuite et aidez moi
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:06

--Maeline a écrit:
Un rafus même que jamais, jamais qu'elle en as entendu du pareil....

C'est tout simple depuis qu'sa mamounette est partie avec son Grid - une bonne chose que ça d'ailleurs parce que son crapaud sus nommé Grid est drôlement plus sympathique que l'original, même si ses yeux lui rappellent justement l'original quand il est en colère.. et allez donc savoir pourquoi, mais il est toujours en colère après elle ! - Enfin bon depuis, qu'elle est partie, - à savoir ca f'sait, euhhhh, cinq nuits, vi! c'est ca ! comme les doigts que d'une seule main ! - binn donc d'puis; c'est pas possible dans l'chantier que Maeline, - gosse de six ans - trouve qu'elle vit.

Les auberges, elle connait pourtant, pa'ce que sa mère en a une.
Nan ! nan ! pas ici, mais ailleurs dans l'aut' village qu'elles vivent tous, la bas, loinnnnnn, à Moulins.
Et vi...., elle a encore du marcher, marcher, marcher... même que la aussi , y en a marre, de t'jours marcher, marcher, marcher... alors quand sa mère lui a dit :


Tu restes la avec Toto et Mad, nous partons Grid et moi en voyage, et on reviendra te chercher très bientôt.

Sur que la, Mae. avait été sacrément contente de plus marcher..

Bon, y a comme un problème quand même.. bin, vi, Toto a plus d'bras.. et ca, Mae trouve vraiment que c'est, euhh, plutôt ragoutant ! En plus , y s'occupe jamais d'elle.. Quoique ça, ça l'arrange drôlement bien !
Elle peux aller s'promener dans les rues et ruelles , s'faufiler à droite et gauche, et même qu'elle est allée jusqu'au lac ! Mais la, y a toujours plein d'monde et pis, arff, y a pas l'Jehan, ni le Loustik... Et avec eux, plus d'escalade dans la grotte pour déloger les chauves souris, plus de cavalcade dans les rues après le chapardage des pommes, plus de couteau pour creuser le bout d'bois et s'faire un mirliton, breff, Mae s'ennuie sacrement ferme... Et dans c't'auberge trop " proprette" binnn, elle ose guère bouger.

L'Toto la r'garde toujours du coin d'l'oeil, l'air de rien, à croire même qu'il en a derrière la tête des z'yeux ! Elle peux pas faire un pas dans la salle, qu'il lui est sur son " poil " ... et pourtant, ça entre, ça sort, ça crie, ça chante; jusqu'à' a ce que....


Drôle de dame, qu'elle a pensé en tout premier... toute habillée en noir de la tête au pied, même sa tête avait un châle tout noir ! Et ça fait un peu peur quand même..
Oh! elle la vois bien, caché dans son p'tit coin. La bas, dans le fond , sous la table qu'elle était quand la dame est entrée. Ses cheveux dépassaient à peine, mais quand elle l'a entendu baragouiner dans une langue qu'elle comprenait pas du tout, elle a alors sortie la tête pour voir c'qui s'tramait.. Et morbleu ! - comme dirait l'Jehan - ; la dame l'était de plus en plus étrange à r'garder !

Mae pose sa main devant sa bouche et se mord même la langue pour pas qu'on l'entende glousser , mais c'est plus fort qu'elle !
L'ami d'sa mère , le fidèle ami Totoriflette écarquille des yeux aussi grands que ses assiettes tout en se palpant partout, partout !
C'que s'est drôle à voir ! Y bouge pas vraiment, l'avance juste un p'tit peu mais pas grand chose, et la dame continue son baragouinage à n'en plus finir. Et l'aut' dame , la, elle est cachée derrière le comptoir ! Rhooo , ils peuvent être marrant parfois les grands !

Trop amusant . Mae décide de sortir de sa cachette pour ne rien manquer du spectacle. Car pour elle, en effet, c'est encore mieux que des marionnettes ! Voir la dame brandir une croix -qui brille d'ailleurs- l'autre dame se cacher, et Toto s'avancer en se tripatouillant partout comme si il avait des puces ! Trop marrant tout ça !

Décider de ne rien manquer de ce spectacle, voila qu'en plus la gamine s'avance vers la scène.
et quelle scène !

Tout va soudain bien vite, la dame en noir qui s'avance en parlant de dieu, de serpent, que Mae ne voit même pas, malgré qu'elle regarde tout partout, partout, - bin vi, elle aime pas les serpents...- , c'te drôle de dame qui avance donc, en levant son bras, les joues si pâle qu'on croirait qu'elle va disparaitre, et qui parle, qui parle, qui arrête pas d'parler encore plus qu'elle !! puis soudain, Toto qui lui attrape le poignet, qui dit qu'il faut de l'eau et qui veux la mettre dans la cave...

Alors la, elle comprend vraiment plus rien Mae...

Morbleu ! Y fait quoi ?!! L'est devenu fou ! Pourquoi qu'il veux faire boire au broc la dame et mettre tout ca dans la cave ?? C'est des gros tonneaux qu'on met dans la cave...

Froncement de sourcils, haute réflexion d'une gamine de six ans, puis...

Y veux la mettre dans un tonneau avec de l'eau ???

La trouille de sa vie !
Pour sur ; si il met la dame dans un tonneau pa'ce qu'elle parle de chose bizarre, alors qu'est ce qui s'en va faire d'elle quand il verra qu'elle a coupé toute la crinière de Quinine - crinière qu'elle aurait du déméler, mais eurff de eurff, trop dure a faire..- , et oublié d'refermer l'enclos d'ses cochons !!!

Elle devrait décamper, elle le sait bien, avant qu'il la découpe en rondelles peut être, ou qu'il la jette aussi au fond d'un de ses tonneaux ! Mais voilà, Mae est bien trop curieuse pour manquer , ne serait qu'un tout petit bout du spectacle. Aussi, décide t'elle de rester, a quelques pas, a peine d'eux et de mirer à loisir jusqu'à ce que sa langue la rattrape:


Vous z'allez la met'te dans l'tonneau ?

Petite voix timide et interrogatrice qui se fait entendre juste après les coups d'œil assassin que l'ami de sa mère lançait à la fameuse trappe...
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:10

Lily-es a écrit:


Lily était restée derrière le comptoir stupéfaite... Elle ne comprenait pas tous les mots prononcés par la furieuse mais avait été assez longtemps au couvent pour savoir qu'il s'agissait du latin et qu'elle menaçait Toto des foudres de l'enfer et de commerce avec Satin ....brrrrrrrr
Elle restait en alerte.  Aussi elle fut prompte à réagir quant elle entendit Toto :



Lily, allez prendre un broc d’eau, et calmez cette hystérique



Elle allait se précipiter chercher de l'eau lorsqu'elle aperçue une toute petite fille  qui sortait de dessous une table....
- Mon Dieu, se dit-elle, cette petite puce, quel spectacle, il ne faudrait pas qu'elle se mettes à crier !!!!

Lily s'avança donc en courant presque, prit au passage la petiote dans ses bras, en lui disant dans un murmure qu'elle voulait rassurant :


- ne t'inquiète pas, c'est un jeu... viens avec moi pour ne pas les déranger et tu vas être sage et te tenir tranquille je reviens tout de suite...

Elle déposa vite fait la gamine dans l'arrière salle, lui fit une bise, prit au passage un grand broc d'eau et revint dans la salle principale.

Arrivée près de la femme qui menaçait Toto, Lily s'arrêta et lança de toutes ses forces le contenu du broc sur son visage....

L'eau froide eut comme effet immédiat de faire perdre contenance à celle qui se voulait "inquisitrice", elle suffoqua et regardait Lily complètement hagarde.
Lily se tourna rapidement vers Toto pour savoir s'il avait d'autres consignes à lui transmettre car il ne pouvait quitter son accusatrice des yeux :
[/i]



Lily, ouvrez la trappe ensuite et aidez moi




Lily déposa sur la table la plus proche, le broc d'eau et courut derrière le comptoir ouvrir en grand la trappe qui menait à la cave.

Jetant un oeil vers la porte de l'arrière salle, elle craignait de voir la petite fille surgir au mauvais moment... elle fit donc une rapide prière mentale :: " surtout pucette tu restes où tu es et je t'emmènerais à la fête au village"

La trappe ouverte, Lily revint toujours courant vers Toto ayant bien deviné son idée. Elle se tint prête à agir.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:10

--Maeline a écrit:
Et voilà.... Comme qu'à chaque fois que c'est drôle, comme qu'à chaque fois qu'ils s'amusent eux; et comme qu'à chaque fois qu'elle quémande, juste un p'tit " truc" de rien, binn, les grands redeviennent des grands barbons barbants, raseurs et elle en passe !

Marre et marre !

Même pas l'temps de dire ouf, que Maë se sent portée, enfin plutôt envolée par l'aut' dame la; celle qui se planquait et pis qui d'un seul coup, comme un éclair fonce sur elle et l'envole presque jusqu'au ciel.
Nan mais ! Elle lui a rien d'mandé à celle la ! Et pis d'ja, elle sait très bien qu'c'est qu’un jeu ! L'est pas mieux que le Grid tiens ! çui qui couine quand elle revient toute pleine de boue pa'ce qu'elle a joué à s'rouler dedans, alors qu'à lui, on lui dit rien quand y r'vient tout pareil et pis même qui sont tout plein à le faire et à courir tous avec une sorte de balle qu'est en plus pas toute ronde !

Marre de marre et de remarre alors ! C’est toujours que les grands qu’ont droit d’jouer !

Et vas y, déposes moi comme le fait la Marmitonne d’son panier d’linge ! allez, vas y, va jouer sans moi !!! Pff !


Tirage de langue dans le dos de la dame pendant qu’elle essuie son bisou en grimaçant. Mais zut alors ! Elle va quand même pas rater pareille occasion d’rigoler elle aussi !

Recamper sur ses deux petites jambes délicatement pour ne pas faire grincer ce fichu saloperie de plancher, surtout la planche juste la, qu’arrête pas d’craquer malgré son tout petit poids.. S’avancer très très délicatement et ne faire dépasser que le bout de ses cheveux de l’encadrement de la porte pour voir…

Eclatement de rire ! La, elle peux pas s’en empêcher, c’est plus fort qu’elle, Rire cristallin qui monte quand la drôle de dame qui parle bizarre, bizarre, est tout à fait repeinte mais d’eau, et la voir ouvrir et fermer sa bouche comme le fait si bien son crapaud, pendant qu’elle s’ébroue comme le ferait un chien, c’est, il faut l’avouer, bien plus marrant que de regarder ses guibolles se balancer dans le vide assisse sur la table !

Morbleu ! Elle dégouline de tous les bords !

Sortir de cette encadrement devient pour Maë, une évidence totale, mais les dernières paroles de la dame lui tourneboulent dans la tête...

Bouche en cul de poule boudeuse, tapement du sol avec ses petits souliers, et puis… Zut ! tant pis , j’veux rigoler aussi et maintenant ! Alors…


Avec l’agilité d’une enfant de six ans, elle fait demi tour, traîne à renfort de grand bruit, une chaise , qu’elle place juste devant le vaisselier..

Pfff, au moins Mamounette, elle les met en bas ses gobelets, elle ! Il est quand même bien bizarre son ami d’m’ette ça tout la haut, la haut…

Se hisser sur la dite chaise, et sur la pointe des pieds soulever le loquet afin d’ouvrir la porte de bois aussi grande qu’elle.. Evidement, trop simple si elle s’ouvrait toute seule… il faut qu’en plus, elle vienne se cogner sur son genoux et l’oblige a présent à redescendre pour l’ouvrir en grand et bien entendu, les gobelets sont tout la haut, la haut.. Elle les voit mais pour les attraper.. Pas d’aut’ solution que de remonter sur la chaise, plonger le bras en tâtonnant et deviner au toucher ce qui se pose sous sa main, car la, elle voit plus rien… Ouffffffff, ca y est, elle en sens un , et à présent faire vite !
Mais… Vite si vite, qu’elle en voit tomber cinq où six en même temps qu’elle saute de la chaise.. Raté pour la discrétion, elle le comprends aussitôt et lance un regard apeuré vers la porte, en s’attendant a voir débarquer la dame avec des gros z’yeux façon Grid…
Ne plus bouger d’un iota, retenir une seconde sa respiration, rien….alors continuer dans son idée, plonger le verre dans la bassine d’eau, et s’approcher doucement pour rien renverser, et alors….

Voir la dame se tenir au coté de Toto, passer devant la trappe ouverte qui mène direct à la cave, faire le tour du comptoir et en se mordant le coin de la lèvre pour ne pas éclater de rire avant qu’il ne le faut, balancer à son tour le contenu du gobelet sur la dame qui l'empêchait de jouer ! et na d'abord , voila pour elle !! puis enfin, ne pas retenir ses rires .

Ravie d’elle-même ? C’est largement plus que ça !
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:11

Melisande a écrit:
Abattre son bras, le visage déformé par la frénésie de sauver ce monde couvert d'impies en tout genre, et ce jour, ce jour, elle est certaine de sa réussite, mais alors...

Le sombre esprit du mal prend un instant le dessus, elle voit bien dans ce regard qu'elle a , juste un instant osé défier, le serpent venimeux qui coure au fond de cette âme et lui rend sa main bien plus leste et habile. Le Diable est ingénieux, et décuple la force qui reste dans ce seul bras.

Maudire !


Miserus dĭăbŏlu, libero as nemo ! fŭga corpus !

Puis continuer ses incantations d'une mi voix sifflante et incompréhensible, les yeux mi clos, le regard ténébreux, le bras prisonnier ainsi que son buste s'agitant en tout sens pour ne plus sentir la froideur de cette paume qui se referme sur elle, ne plus sentir le poison qui veux s'infiltrer ainsi par ses pores, alors soudain s'écrier :

Tu n'entrera pas dans ce corps ci ! Misérable vermisseaux qui se veux roi !
Maudit sois tu ! Je te rejette de tout mon être !
Tu n'auras pas une âme de plus en ce lieu ! Ange déchu, Abominable tentateur, tu...


Ne pas finir sa phrase et se sentir épier pendant que l'impie prend parole, tourner rapidement la tête et découvrir avec stupéfaction une gamine qui la scrute avide d’en voir s’en finir d’elle. Enfin, l’entendre donner un ordre, car c’est bien cela cette question que cette enfant pose, ce n’est qu’une façon détourner de donner un avis, de donner un conseil ! Une mioche, très certainement la mioche de l’impie qui la tient.
Une enfant conçue hors mariage, une enfant conçue dans le péché le plus total, avec une âme si jeune, donc encore malléable que l’abject tentateur l’a déjà fourvoyé !


Meli comprends bien trop tard alors, que le Vilain à prit possession de la chaumine entière, et que seule, elle ne pourra vaincre ce maléfique démon. Cependant taper de toutes ces forces la face de l’infâme à l’aide de son chapelet tenu dans sa dextre quand sa sénestre ne peux plus bouger, et pour finir user de ses pieds qui martèlent ses tibias. Espérer voir l’infidèle se plier et se tordre et pour finir se savoir libre pour qu’enfin, elle puisse déjouer les plans de Satan en sacrifiant cette enfant ..

Étrange duel entre un manchot infidèle ensorcelé, et un « soldat du Bon Dieu » qui veux remettre ordre sur cette terre. Mais alors trop occupée à faire front à ce renégat; elle ne voit rien venir « du coup bas » que la Diablesse lui assène.



Suffoquer, tenter de trouver l’air qui manque à ses poumons pendant un court instant, déchirer le ciel d’un rugissement perçant en même temps qu’elle secoue la tête virulemment. Son châle noire vient d’un coup prendre place sur ses yeux, la noirceur l’entoure, elle sent que le Vil va gagner la partie…


Rager de n'avoir pas pris cette rumeur bien plus au serieux !
Fulminer de ne pas avoir pensé à prendre d’eau bénite, ni de Benoîte afin de désinfecter ce lieu maudit, ni de Bétoine plante si sacrée contre les païens, celle la même qui sait si bien garder "l'âme et le corps des hommes", et surtout pas de Millepertuis, ce « Chasse Diable » qui a le pouvoir d'éloigner les mauvais esprits et qui serait si utile en cet instant !


Puis, sous des rires de dément d’une gamine habitée elle aussi par le serpent démoniaque – cela ne fait nul doute- tenter une dernière escarmouche avec sa dextre qui s’abat violemment dans les côtes de l’infidèle…
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:12

Totoriflette_le_vrai a écrit:
Le temps…le temps qui ne passe pas, le temps qui est arrêté, les secondes paraissent durer des heures… Apercevoir dans son champ de vision Lily qui s’affaire, voir Maé… là ! Non impossible pourquoi n’est-elle pas dans sa chambre elle ! Que faire, que faire …

Entendre grincer les gonds des battants de la trappe, le passage est enfin ouvert, sentir quelques gouttelettes lui humidifier le visage, regard qui se noircit alors qu'il tient toujours fermement le poignet de la furie, lui aurait elle craché dessus ?

Bave de possédé.., serrer plus encore du poignet, espérer la faire fléchir, mais rien n'y fait, voilà maintenant qu'elle l'agresse avec son chapelet… qu’avait il fait pour mériter tel châtiment ? Pour sur sa vie n’avait pas toujours été très aristotélicienne, mais tout de même, pourquoi les foudres se déchaînaient ainsi ! Pourquoi maintenant ? Il repensa à son passage au bureau des annulations, avait il offensé Aristote en voulant dénouer les liens du mariage, un soupire s’échappe alors, quand il ressent à nouveau les coups, sortir de ses pensées.

Il est frappé, sur le visage, sur les jambes, sur les côtes, essayer de se protéger tant bien que mal de son demi bras, éviter quelques coups, certes, le chapelet lui griffe son moignon, son biceps, mais impossible de reprendre le dessus, la possédée décuple ses forces, rager de ne pouvoir s’en dépêtre seul, constat affligeant, il a besoin d'aide, se mets alors à crier
:

Lily aidez moi……..je vais lâcher prise

Puis les rires retentissent dans sa tête, Maé,! l Son rire est si naturel, que cela dénote dans le climat si lourd ou la taverne est enfermée, espoir que rien ne lui arrivera, étant sous sa responsabilité, il lui lance alors

Files te cacher Maë ! Cours !

Étouffer un Aie suite au coup dans les côtes, serrer les dents, entendre craquer le poignet de la furie, attendre que Lily arrive, espérer qu’elle ait compris ce qu’il voulait faire
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:13

Lily-es a écrit:
Lily venait d'ouvrir la trappe avec assez de peine il est vrai et ces incessants va et vient accompagnés de l'anxiété causée par la situation assez extravagante commençaient à la perturber.
Elle était passée de nouveau dans la salle de l'auberge quant tout à coup, tel un vif argent, la fillette venait de lui lancer un verre d'eau en riant aux éclats...
Bien sur pour elle, il s'agissait d'un jeu...elle le lui avait dit cela tout à l'heure. La pauvre petite ne se rendait pas compte du risque qu'elle pouvait courir et en même temps faire courir à son hôte.

Lily relève ses cheveux mouillés et sans vouloir paraître inquiète, essaie de raisonner la petite :

- Dis donc toi... veux-tu bien retourner dans la cuisine...allez oust si tu es gentille nous irons à la fête , allez va vite!!

Elle avait à peine finit sa phrase que Toto lui dit :



Lily aidez moi……..je vais lâcher prise

L'aider mon dieu comment faire...se dit Lily

Lily a un moment de flottement, elle regarde rapidement autour d'elle. Pourtant il y a urgence car la femme dont le regard montre sa détermination frappe de plus en plus fort Toto.
Quand le regard de Lily se pose sur le broc qui lui a déjà servi...

Sans plus réfléchir aux conséquences de son acte mais pressée de voir Toto délivré, elle prend le broc à deux mains et le fracasse de toutes ses forces sur la tête de l'illuminée... Celle-ci vacille sous le choc, elle tombe en lâchant enfin l'objet dont elle menaçait Toto : le crucifix...

Faisant un signe de croix éclair, Lily s'en saisi aussitôt et à son tour, comme furie, en frappe à coup redoublé la femme à ses pieds...

Lily relève la tête et s'adressant à Toto enfin libéré, elle crie plus qu'elle ne parle :

- Vite, on la pousse dans la cave....

Joignant le geste à la parole et prenant l'initiative du déroulement des actions, Lily soulève la femme par les aisselles et commence à la tirer rapidement vers la trappe. Elle se dépêche car elle n'est pas certaine que l'inconsciente le restera longtemps.

De toute façon, il n'est plus temps de réfléchir. Car à n'en pas douter, c'est la vie de son ami qui est en jeu.... Il s'agit bel et bien d'une pauvre folle qui est persuadé d'agir pour le bien de tous et qui est prête à tout pour l'obtenir ...
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:14

Melisande a écrit:
Attaquer - frapper - blesser – marteler - cingler - pilonner ce « suppôt de Satan », ce génie du mal, cette vermine puante et répugnante, cette larve funèbre.

Oh ! Comme il se défend ! Comme il lui est si aisé de tordre ce bras !
Comme le Malin prends bien soin de ses ouailles afin de berner les yeux des incrédules ! Comme il lui est si simple de convaincre que l’impie est autre ! Ce qu’il peut être rusé et adroit ! Ce qu’il peut être généreusement mesquin d’empoisonner ainsi l’âme des renégats afin de mieux se servir d’eux pour ensevelir le monde dans les ténèbres !
Le démon et ses œuvres ! Citadelle inébranlable emplie de chaleur des flammes !
Prenant racine jamais où on ne s’y attend, pour finir ; Oh suprême intolérance ! : Royal sur les champs de bataille.
L’ouvrage du serpent sournois ; édifice élevé vers la noirceur, la terreur ; missionnaire de l’Apocalypse par les plus vils desseins, se fixant au cœur même de la cruauté des hommes, se rassasiant de leur douleur, se vautrant dans leurs profondes férocités, les pliant à sa propre volonté pour soit disant, un peu de bonheur, enchaînant à lui les plus faibles comme les plus jeunes âmes !


Jeune, si jeune est cette « succube en herbe » qui rit à gorge déployée, animée déjà par la bestialité pendant que l’impie si bien formé lui, cherche de l’aide auprès de la Diablesse avertie, aux atours si charmants ! Cependant, devant ce tableau confiné dans la chaleur, Mélisande ouïe enfin un nom ! Lyli… nom d’emprunt certainement pour cette souteneuse ! Qu’importe puisque que dorénavant, elle saura la nommer tout autant que la décrire et ses lèvres s’étendent en un sourire de forcenée ravie. Puis tout aussi rapidement, un autre nom surgit, alors monte un grondement sourd du fond de sa gorge qui s’ouvre sur un rire guttural que d’autres auraient jugé de démentiel.
Savoir que dire ! Pouvoir témoigner devant l’inquisition ! pour qu’enfin cette tanière parte en flammes devant le bûcher funéraire de ses habitants infidèles et se mettre à clapir d’une voix devenue soudainement si aiguë et extatique :



Lyli ! Maë ! Lyli ! Maë ! Lyli ! Maë !


Elle en aurait dansé si elle avait pu, cependant ne lui reste qu'a se réjouir mentalement de la scène qu’elle imagine, rêveuse de flammes purgatives qui lèchent les impies, et alors entièrement occupée à contempler cette peinture charmante, Méli perd de son audace, de sa fougue.
Ironie du sort, le démon prend le dessus de la partie, et bientôt son propre poignet lui arrache un cri de douleur déchirant avant que subitement, ne vienne la noirceur totale.

La Succube l’a lâchement meurtrie, elle aurait dû le savoir, Diablesse et Satan font le ménage à leur façon…

Se réveillera t’elle seulement ? Le sang perlant du haut de son crâne suit les étranges sillons du contour de ses yeux, que le combat à creuser davantage. A présent, elle se bat dans sa propre chair, inanimée et inconsciente du monde qui l’entoure.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:15

--Maeline a écrit:
D'vinez un peu ?? Bin, bien sur qu'elle se fait encore sermonner ! Bin , bien sur, qu'il fallait pas qu'elle joue elle aussi ! et encore bien sur que la dame est pas contente !
Ohh , elle essaie de le cacher, mais c'est sa voix qui dit le contraire ! Certain dirait : affolée, mais pour Maë , elle sent bien que c'est de la colère ! Et dire qu'elle veux l'emmener à la fête du village !

Elle en a rien à fiche Maë de c'te fete ! Yaura même pas Loustick ni Jehan pour faire croire à une course de cerceaux mais qu'en fait, ils se tirent avec !!! Faut les voir les têtes des grands après çà... Quand y comprennent qu'y r'viendront plus ! Rhoo, y sont trop marrants ces deux amis la, à faire toujours des choses drôles !

En tout cas, la, on lui dit de retourner dans la cuisine, et elle, elle veux pas ! mais alors....


Morbleu !! Quoiqu'ils font ??!!

Elle a juste le temps d'entendre son nom, d'entendre qu'elle doit se sauver, mais, ça, elle l'avait compris d'puis l'temps qu'ils z'arrêtent pas d'lui dire de partir... Juste bonne à s'occuper des cochons Maë.. Seulement les gestes qui suivent....


Ecarquillées ses mirettes aussi grandes que des assietes, qu'on en verait plus que le blanc de l'oeil cause que...

Morbleu !! Ils la mettent dans la cave pour de vrai !!!!

Alors soudain, l'image de Quinine, des cochons, du chat qui coure encore avec sa cuillère accroché a la queue !! Oulaaa, pour le coup, Maë ne se le fait pas dire deux fois, et aussi vite que ses petites jambes lui permettent, elle décampe à la façon d'un félin ! Pas envie d'finir dans un tonneau la gamine !!!

Ouvrir la lourde porte de l'auberge, et foncer droit devant sans se retourner !
Oh, elle n'ira pas loin, elle tombera direct dans les jupons de sa mère qui rentre de son voyage.. et enfin, enfin, elle va pouvoir repartir dans son chez elle... Y a juste un problème... L'aut' dragon de Grid, l'est encore la...
Mais ça, c'est une autre histoire..
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:16

Totoriflette_le_vrai a écrit:
Le temps s’égraine en attendant que Lily intervienne, une furie, ni plus ni moins, un être possédé, une harpie des ténèbres ! Comment tout cela allait-il finir ? Devrait-il fuir ? Fuir ce village où maintenant il commençait à être connu ! La rumeur, si elle se propageait… car tout le monde croit aux rumeurs ! Tout le monde aurait peur ! Les regards changeraient alors ! Jamais sur lui la rumeur n’avait couru, chaque fuite, ou comme on appelle cela, déménagement était pour d’autre raison. Cette rumeur, si elle passait les portes de son auberge, enflerait, et détruirait sa vie. Son imagination l’emportait déjà, l’inquisition poussant les battants de la lourde porte, l’emportant…mais pour l’heure, il fallait agir, et débarrasser l’entrée de la taverne de cette hystérique, et faire que tout paraisse normal, si quelqu’un entrait.

Un Toc sourd le ramena à la réalité, un poids mort qui s’étale enfin, soulagement, de ne plus l’entendre, la traîner sur le dos, la faire glisser, enfin plutôt tomber dans la cave au milieu des tonneaux de bière et des sacs de farine, réserve de sa fiancée Mad…

Descendre lui-même ensuite l’échelle abrupte, regarder cette femme, se poser des questions, qui est-elle, pourquoi, mais pourquoi ?

Chercher des liens, demander à Lily de l’attacher dans le fond de la cave, et s’assurer qu’elle ne puisse rien toucher, voir son amie s’exécuter, s’asseoir sur le dernier barreau de l’échelle, la regarder, entendre du bruit au dessus, et penser à Maë,


Je remonte voir la gamine, ficelles là bien, et viens nous rejoindre !

Regrimper à l’échelle, et chercher Maë du regard, ne pas la voir, fouiller l’auberge mais rien, introuvable la gamine ! Penser à dame Thelilou ? Que faire, comment lui annoncer ? Tout va trop vite, beaucoup trop vite…. S’adosser au comptoir et réfléchir ! Prévenir la maréchaussée ? Allez voir les gardes du village ? Soupirs ! Se servir une chope, et tenter de réfléchir, si tant soit peu qu’il y arrive…
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:17

lily-es a écrit:
Lily a tiré, poussé comme elle a pu avec l'aide de Toto, le corps inanimé de cette dame en noir dont elle ne savait pas le nom. Elle était essoufflée car si elle chassait les démons, comme elle semblait le dire, la "possédée" (ainsi que Lily l'appelait dans sa tête) ne négligeait pas la nourriture terrestre.

Dans la cave, parmi les tonneaux et les sacs à terre, l'évanouie gisait par terre. Toto s'activait pour chercher des liens puis en ayant trouvé, il les lui tendit en disant :


Je remonte voir la gamine, ficelles là bien, et viens nous rejoindre !

C'est vrai ça, la petite, que devenait-elle??? elle avait l'air d'être rusée comme un petit singe celle-là mais semblait aussi très mignonne... Lily aimait bien les enfants et elle croyait qu'elle s'entendrait bien avec eux, même si elle n'en connaissait pas tellement.

Mais l'heure n'était pas à la rêverie. Il fallait empêcher cette furie de nuire et de créer des ennuis à son ami.

Lily prit les liens, les plia en deux pour les rendre plus solides et passa les bras de "sa victime" dans le dos et les ficela solidement en faisant plusieurs tours avec. Elle termina par un gros noeud qui semblait impossible à défaire. Trouvant d'autres liens, elle fit de même avec les pieds pour l'empêcher de se relever si elle reprenait connaissance.

Regardant le visage endormi, Lily s'aperçut que le sang coulait de son front, elle se demanda si elle n'avait pas frappé trop fort...
"Oh j'espère que je ne l'ai pas tuée tout de même"

Un peu inquiète, Lily chercha des yeux de quoi la soigner... du moins superficiellement. Elle trouva un chiffon qui ne semblait pas trop sale. En dépit de toutes les règles qu'elle avait appris, elle tamponna la plaie pour essuyer le sang qui coulait.... Ce faisant, elle vit que cela n'était pas trop profond...Lily respira malgré tout, se disant que cette femme s'en tirerait avec une belle bosse et sans doute une cicatrice.

Elle garda le chiffon dans la main quelques instants. Puis, regarde la figure à ses pieds, surtout sa bouche qui avait proféré de telles horreurs. D'un seul coup, Lily se dit que si elle se réveillait, elle allait recommencer. Alors pour éviter que les cris ne se reproduisent et mettent Toto dans une mauvaise posture vis à vis d'autres clients, Lily enfourna, complètement, le chiffon rempli de sang dans la bouche.

Se relevant, elle regarda le corps inerte à ses pieds ficelé comme un saucisson. Parlant toute seule, elle dit à voix haute :


- Là, tu as fini de crier, je pense et tu dois rester tranquille encore un moment, sinon je t'en redonne un coup de crucifix !!!!!

Satisfaite, elle décida de remonter à la surface, pour aider Toto s'il avait encore besoin d'elle.

Arrivée dans la salle, elle le vit attablé, l'air abattu, une chope posée près de lui. Elle lui demanda inquiète :


- Eh bien qu'avez-vous ??? La "possédée" va rester tranquille un moment je pense...Mais ou est la petite fille ???
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:18

Melisande a écrit:

L’humidité ?

Celle qui, lentement, s’immisce dans les vêtements a les en rendre lourd et si froid, puis qui, continuant sa course, effleure la peau afin de mieux la goûter puis finit par lécher un à un tous les pores pour s’infiltrer dans la chair, dans tous votre être.
L’humidité, celle qui redresse chaque poil du corps, qui prédit bientôt, qui prédit déjà, le froid qui s’empare de vous. L’humidité…



La douleur aigue de son poignet droit ?

Celle qui transperce telle la morsure d’une flèche affûtée qui oblige continuellement à ne penser qu’à l’oublier sous peine d’hurler. La douleur d’un poignet distordu qui cependant vous rappelle que vous êtes encore vivant en vous remontrant le prix que vous devez payer.
La souffrance intolérable, inacceptable, mais incontournable qui vous tenaille jusqu’aux entrailles. La douleur…


Le froid de la terre battue ?


Celui qui lentement monte, glace les pieds, glace les mains à les en rendre insensibles. Le froid qui engourdit l’âme mais non le corps, qui vous fait frissonner, qui contraint au réveil, qui contraint la pensée à se figer sur vos articulations devenues si raide telle une vieille à qui tout mouvement est rendu supplice. Le froid…


La corde qui pénètre dans la peau ?

Celle qui, tendue à l’extrême, vous scie la peau, donnant l’impression de vouloir s’incruster en vous, pendant cependant que votre corps la rejette violemment.
Celle alors, qui devient intruse, vous coupant toute circulation de sang, lien vital de vie qui s’amenuise avant de n’être plus.. La corde, augmentant la douleur du poignet, intensifiant l’impression de froid, anéantissant tout espoir de mouvement afin qu’enfin, les épaules engourdis, les bras endormis, le corps avachis se sentent libre et ressente à nouveau la vie couler en lui. La corde…


Le chiffon crasseux dans une bouche asséchée ?

Celui qui ôte tout espoir de pouvoir respirer sans y songer, qui oblige de se concentrer sur sa respiration. Celui, nauséabond qui donne un goût de fer, un goût de sang, qui tarit la salive, qui assoiffe, qui étouffe. Le chiffon..

Les cauchemars ?

Ceux lui rappelant sa vie de jadis qui viennent la hanter, comme si souvent, comme à chaque fois, comme toujours. Ceux qu’elles cachent à tous, pour ne pas qu’ils sachent, ne pas qu’ils comprennent, mais surtout, surtout, ne pas qu’IL la retrouve.. Les cauchemars…


Méli se réveille, non pas doucement, mais brutalement, lui décrochant un superbe rictus quand dans son sursaut, son corps entier se déchire de douleur. Réveil provoqué par laquelle de ses hypothèses ? Une seule? L’ensemble ?

Où est t’elle ? Dans quel lieu obscur ? Le noir l’entoure avant de l’envahir tout entière, et malgré la souffrance, malgré le froid, malgré l’immobilité forcée, seul, l’effroi lui tenaille le ventre. Son passé la rattrape, ses souvenirs bientôt viendront la hanter…

Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 1024
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   Lun 19 Aoû 2013 - 11:19

Totoriflette_le_vrai a écrit:
Une chope, puis une seconde, puis une encore, n’entendant point revenir sa tavernière, ressassant toujours les mêmes questions, pourquoi ? Pourquoi ? Mais pourquoi ? Et cette gamine, ou est t’elle passée, sa mère dame Thelilou serait elle venue la chercher, sans mot dire… impossible son amie lui aurait dit au revoir ! Et c’est ainsi que les chopes défilèrent sans s’en rendre compte…

Ah Lily, bien ficelée alors, tant mieux, ça nous laisse le temps de trouver que faire ! Vous n’avez pas une idée…

Lui dans sa tête fusait les idées, aussi il les exposa à voix haute, pensant que deux pour réfléchir était mieux que lui seul déjà dans un état d’ébriété bien avancé !


Le curé vous croyez qu’il pourrait nous en débarrasser ? Ou alors si on accrochait une lanterne rouge sur le mur de l’auberge ça nous attirerait bien du monde je pense !

Rire de ces dires, puis ajouter


Mais comment rendre docile cette hystérique ?

Pour sur il fallait vite trouver une solution, car les livreurs allaient déposés souvent eux-mêmes les fûts de bière, et même si la pénombre y régnait, secouant la tête en y pensant, il ajouta


Lily vous trouverez une personne de confiance pour descendre les fûts, pas envie de voir des ragots pour séquestration, encore à mon propos.

Se dirigeant vers le comptoir, il resservit sa chope puis une autre pour sa tavernière, lui apporta la sienne

Pour vous aider à réfléchir ! Car il faut trouver des explications pour les clients, si elle se met à faire du bruit, faudrait pas voir à recevoir la maréchaussée pour plainte !

Il vint ensuite s’asseoir face à elle et leva sa chope attendant de savoir si des idées elle avait.
Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rp L'auberge du peuple   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rp L'auberge du peuple
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Feu Carlo Desinor disait les Haitiens Ce peuple à refaire
» QUE VAUT UN PEUPLE SANS MEMOIRE COLLECTIVE?
» Une soirée à l'auberge (libre)
» Par Mario Barthelot la victoire du peuple
» Chaudron Baveur (Auberge)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Role Play :: Archives de Rps :: Melisande-
Sauter vers: