Le Role Play


 
AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rp Sur les rives du lac de Bayonne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Rp Sur les rives du lac de Bayonne   Dim 30 Aoû - 16:24

Mailisande a écrit:
Mon cœur battait encore une chamade démesurée quand mes jambes tremblantes refusèrent de faire un pas de plus. Je m’effondrai sur le sol herbacé devant le lac de Bayonne. Assise, je posais la main sur ma poitrine et me forçais à respirer calmement.

Calme toi, calme toi.. Répétai-je mentalement.

Décidément je n’avais rien de sociable. La peur m’envahissait à la moindre parole des inconnus. Non pire, à la moindre vu des inconnus.  Il faut dire que celui que je venais de fuir mesurait au minimum 7 pieds de haut ! Et sa hauteur n’était rien comparée à sa largeur d’épaule !

Un viking !!
Mais que fait un viking dans les terres du Sud !!
 

Derechef mon cœur s’emballa. Je lui intimai de se calmer en respirant profondément tout en laissant mes prunelles s’égarer sur le paysage.
La nature, les arbres, et mieux les rivières, les torrents, lacs, fleuves, même la mer avait toujours eu le don de m’apaiser. J’attendis que le miracle se produise une fois encore. Il me fallut plus de temps que d’habitude pour que les vaguelettes du lac fassent leurs effets. C’était étrange l’impression que cela me faisait, comme si l’eau filait dans mes veines et nettoyait tout sur son passage. Rassérénée, je me remémorais ma brève matinée.

J’avais vu plus de personne en à peine deux heures  que je n’en avais vu en deux mois. Certes, les deux derniers mois  je les avais passés au couvent, auprès de mes sœurs non de sang, mais de cœurs  et d’elles, je n’avais aucune peur. Pourquoi  en étais je sorti ? Je souris tristement devant la réponse.
J'y vivais sans exister.

Cette révélation m’était venue au crépuscule d’une journée ordinaire et rien ne m’y avait préparé.  J’avais alors demandé audience auprès de la Mère supérieure  afin de ranimer la flamme de mon existence. Son sermon d’alors m’avait étonné.

- Ma fille…..  tant que ton passé sera vide, ton avenir le restera tout autant.  
- Va. Sors du couvent, trouve la vérité sur toi-même. Tu as besoin de savoir qui tu es pour devenir ce que tu seras.
- Ceci n’est pas une demande, ni même une prière, mais un ordre.



Dubitative j’étais retourné dans ma cellule pour ressasser toute la nuit ses paroles insensées.
Que devais-je comprendre ?
Je savais qui j’étais ! Je m’appelais Mailisande, j’avais vécu toute mon enfance dans un dispensaire puis ensuite au couvent. Ma seule famille se composait de sœurs de cœur : Agnès, Aude, Marie, Gwendoline,  Catherine, Elizabeth, Jeanne, Madeleine, Camille, Clémence, Mathilde et tant d’autres encore.
Comme elles,  j’avais eu pour réveil  Sœur Magnance au visage froid, qui nous demandait de nous lever en silence, nous laver en silence, nous vêtir en silence, manger en silence, avant de prier en silence. Sans les soirées broderies ou nous avions l’autorisation de parler et rire, ma vie se serait résumée en deux mots :  silence et  prière. Je m’en satisfaisais jusqu’au jour ou je voulu « apprendre le monde ».  

J’en étais alors sorti afin de visiter ce monde dont parlaient parfois les livres que je parcourrai. J’étais même allée jusqu’au bout du monde comme nomme les Bretons, la ville de Brest. J’avais vu la misère, la  méchanceté, la crasse mais surtout pour la première fois, la mer. Ce paysage balaya toute la vilénie du monde. Puis je m’étais décidé d’aller sur les traces de mes parents. Remonter à la source de mon existence et y trouver peut être la raison de mon abandon.

Le Languedoc.. La ville du Puys, ville de mon père.. Je n’y avais trouvé que des cendres avant de m’arrêter à Montpellier. Que cette ville pouvait comporter de débauchés ! Un frisson me parcouru l’échine à son souvenir, devant tant de démence, j’étais revenu au couvent.
Deux mois… seulement deux petits mois avant que la mère supérieure m’ordonne d’en sortir.  Je ne voulais pas sortir ! Non ! Plus jamais je ne le voudrais ! Mais un ordre donné requiert obéissance… J’étais partie sans comprendre davantage ce que je devais trouver. Et voilà qu’aujourd’hui, j’aurai préféré les murs rassurant de ma cellule plutôt que me sentir en proie à l’effroi de ce monde qui n’était pas le mien.
Que devais-je faire ? Que devais-je trouver ? Pouvais-je mentir à ma Mère Supérieure et rentrer ? Elle qui décelait la vérité dans notre simple attitude.
Je soupirai. Perdue, paumée, abandonnée une seconde fois. Un sourire torve barra mon visage à cette pensée. Oui, comme mes parents, la Mère supérieure venait de m’abandonner. Cette pensée fit son cheminement et c’est un regard  brouillé qui se perdit sur l’horizon sans le voir. Je venais de comprendre une chose :


    J'étais faite pour être repousser.

Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
Admin
Admin


Messages : 1004
Date d'inscription : 18/02/2011

MessageSujet: Re: Rp Sur les rives du lac de Bayonne   Jeu 3 Sep - 12:31

Mailisande a écrit:


Ce sont les engourdissements dans mes jambes qui me firent reprendre contact avec l'instant présent. J'étais parti bien loin, ailleurs, un voyage dans le passé puis le présent à tenter de comprendre ce que je devais trouver sur moi-même. Peine perdue ...
Combien de temps étais je restée la, les yeux dans le vague et le désespoir au ventre ? Quelques minutes ? quelques heures ? Si on me l'avait demandé, je n'aurai même pas su que répondre.
Tu dois faire quelque chose. m'affirma ma tête.
Oui;  mais quoi ? Chercher quoi ? Aller ou ? me questionna t elle derechef. Je soupirai en m'interrogeant ;
Que faire.... Retourner au couvent ? Rester dans cette ville ? Reprendre les chemins ?
Non ! Pas ca ! s'exclama la petite voix au fond de moi. De cela j'en étais certaine, hors de question d'errer sur les  chemins , de villes en ville comme ma mère  l'avait - semblait il- fait avant moi.
Hors de question de lui ressembler ! Cette promesse je me l'étais faite dès mon enfance, et je ne voulais pas y déroger.
Alors quoi ?

Gauchement je me redressai. A la verticale je regardais droit devant moi puis réfléchis aux options présentes :
Bien puisque la Mère supérieure t'as rejeté, inutile d'y retourner. Tu ne veux pas errer de chemins en chemins à la recherche d'une chose dont tu n'as aucune idée, alors il ne te reste plus qu'une alternative:  Rester ici.


Je plissai le nez, cette idée ne m'enchantait guère malgré tout.  Ici  vivait un géant que j’espérai ne jamais revoir. Je balayai d'un haussement d'épaule cette peur en décidant de tout faire pour l'éviter.
Juste un peu rasséréné, je repris le chemin qui menait à la ville qui sous peu deviendrait également, ma ville.  

Revenir en haut Aller en bas
http://fofo-rp.forumgratuit.org
 
Rp Sur les rives du lac de Bayonne
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Bayonne] [Pastorale] Flavien
» Le B.A.B. : Bayonne-Anglet-Biarritz
» GUS MALE X CANICHE 11 ANS REFUGE BAYONNE (64)
» [Bayonne] [Pastorale] Ruby10
» A 15 minutes aux alentours de Bayonne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Role Play :: Archives de Rps :: Mailisande-
Sauter vers: